Londres revendique son rôle dans la fin du conflit libyen

le
0
La Grande-Bretagne entend maintenant participer activement à l'après-Kadhafi.

David Cameron a regagné mardi sa villégiature de Cornouailles. Lundi, avec l'accélération des événements en Libye, il n'avait pas hésité à interrompre une nouvelle fois ses vacances (après les émeutes il y a quinze jours) pour se montrer au premier plan. Après avoir fait face aux critiques, y compris d'alliés politiques, et au scepticisme de l'opinion sur cette opération extérieure risquée, Cameron ne pouvait bouder le plaisir de saluer la perspective d'une victoire des rebelles à Tripoli. Et saisir cette occasion de redorer son blason sur le plan international après les épreuves estivales successives du scandale des écoutes et des émeutes urbaines.

Le chef du gouvernement s'est toutefois un peu laissé prendre de court par la réactivité tactique de la France. Les Britanniques n'ont pu qu'admettre à demi-mot n'avoir pas été prévenus de l'initiative de Nicolas Sarkozy d'inviter le leader du Conseil national de transition (CNT) à Paris. La France avait déjà ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant