Londres n'est plus la ville la plus chère au monde

le
2

Le classement des villes les plus coûteuses pour habiter et travailler vient d’être publié par le réseau immobilier Savills. Londres est en repli et se range derrière New York et Hong Kong en tête du podium.

Après plus de deux ans en tête du classement des villes mondiales où vivre et travaille coûte le plus cher pour un employé lambda, Londres est détronée. D’après les chiffres du réseau immobilier Savills pour le mois de juillet dernier, la capitale du Royaume-Uni se voit relayée à la troisième place, derrière New-York et Hong Kong. Depuis le mois de décembre 2015, le coût annuel de la vie londonienne a chuté de 11% pour s’élever aujourd’hui a 100.141 dollars.

Pour Yolande Barnes, directrice de la rechercher mondiale à Savills, il ne fait nul doute que le Brexit a eu un impact primordial. Tandis que la capitale britannique se prélassait depuis plusieurs années dans un marché immobilier en plein essor, désormais «le Brexit a fait de Londres une ville plus compétitive en terme de coûts» d’après les propos rapportés par le Wall Street Journal. La chute de la livre sterling et l’inquiètude qui pèse sur l’économie britannique ont eu raison de l’immobilier londonien qui rencontre actuellement un véritable coup d’arrêt.

New York et Hong Kong nouvelles stars

Face à une vie londonienne plus attractive et compétitive, pendant ce temps New York prend la tête du classement. Les frais annuels de logement et de travail s’y élèvent à 114.010 dollars, soit une augmentation de 2% depuis le mois de décembre dernier due à une légère hausse des loyers. Le constat poursuit la même tendance à Honk Kong où le coût de la vie a rencontré une hausse de 1% ces derniers mois. La perle de l’Orient monte sur la deuxième marche du podium: pour y vivre et y travailler, vous devrez débourser 100.984 dollars annuels.

Enfin, Tokyo prend du galon et s’impose aujourd’hui comme la quatrième ville la plus chère du monde, avec des frais d’hébergement en hausse de 22%, soit 85.334 dollars pour un an. Le regain du yen a amplifié la hausse des loyers pour l’immobilier de bureau et les logements haut de gamme.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 4 mois

    ceux qui ne veulent pas payer cher peuvent toujours aller s'installer à Périgueux

  • c.voyant il y a 4 mois

    Il n'y a pas que les gens travaillent dans ces villes qui sont impactés, il y a aussi les entreprises qui sont obligées de rémunérer leurs collaborateurs en tenant compte du prix des logements.