Londres face aux nouvelles filières islamistes

le
0
Les « Woolwich boys », aspirants djihadistes issus des gangs, se sont formés sous l'égide de prêcheurs radicaux en toute légalité.

Le soir du meurtre à l'arme blanche d'un soldat britannique de 25 ans, mercredi dernier à Londres, Anjem Choudary s'est répandu sur les plateaux télévisés avec des propos saisissants. Refusant de condamner le crime de deux jeunes Anglais convertis à l'islam, il en a imputé la responsabilité à «David Cameron et sa politique étrangère». Juriste de 45 ans, originaire de Woolwich, le quartier populaire au sud-est de la capitale où a été commis l'assassinat, Choudary, figure bien connue en Grande-Bretagne, est assez habile pour jouer avec les limites de la légalité sans être inquiété. Il s'était illustré en célébrant les auteurs du 11-Septembre comme les «19 Magnifiques». Fondateur de l'organisation radicale al-Muhajiroun, interdite après les attentats de 2005 qui avaient fait 52 morts dans les transports en commun londoniens, c'est l'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant