Londres et Stockholm rejettent l'avis de l'ONU favorable à Julian Assange

le , mis à jour à 15:41
0
Londres et Stockholm rejettent l'avis de l'ONU favorable à Julian Assange
Londres et Stockholm rejettent l'avis de l'ONU favorable à Julian Assange

Londres et Stockholm rejettent ce vendredi l'avis d'un comité de l'ONU qualifiant de «détention arbitraire» le confinement de Julian Assange dans l'ambassade d'Equateur depuis 2012. Ce comité apparaissant lors d'une vidéo-conférence, le fondateur de Wikileaks demande pour sa part aux deux pays d'«appliquer» la décision de l'ONU.

«Nous rejetons catégoriquement l'affirmation selon laquelle Julian Assange est victime d'une détention arbitraire. Le Royaume-Uni a déjà dit clairement aux Nations unies qu'il contesterait formellement l'opinion de ce groupe de travail», indique dans un communiqué un porte-parole du gouvernement britannique. «Julian Assange n'a jamais été détenu arbitrairement par le Royaume-Uni», a-t-il martelé, affirmant que «l'opinion du groupe de travail de l'ONU ignore les faits et les protections largement reconnues du système judiciaire britannique». Selon lui, le du fondateur de WikiLeaks a choisi de rester dans l'ambassade d'Equateur pour éviter d'être arrêté. «Une accusation de viol est toujours en suspens et un mandat d'arrêt européen court, donc le Royaume-Uni continue d'avoir l'obligation légale de l'extrader vers la Suède», rappelle le porte-parole. «Le Royaume-Uni n'étant pas signataire de la convention de Caracas, nous ne reconnaissons pas l'asile diplomatique», a-t-il également précisé.

Critiquée également par le groupe de travail de l'ONU, la Suède est sur la même ligne que le Royaume Uni. «Le gouvernement n'est pas d'accord» avec ce comité qui a appelé la Suède et la Grande-Bretagne à indemniser M. Assange, et «n'a pas le droit (...) d'interférer dans une affaire en cours traitée» par la Justice, a indiqué le ministère des Affaires étrangères suédois.

L'ONU évoque une forme de détention arbitraire

«Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a été arbitrairement détenu par la Suède et le Royaume-Uni depuis son arrestation à Londres le 7 décembre 2010», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant