Londres et Edimbourg convoitent l'or noir de la mer du Nord

le
0

La campagne sur l'indépendance de l'Écosse tourne à un chassé-croisé comique entre dirigeants de Londres et d'Edimbourg.

Après des polémiques sur la livre sterling, le sort de la dette britannique ou l'adhésion à l'Europe, le débat porte maintenant sur l'avenir du pétrole de la mer du Nord, très convoité de part et d'autre. Le premier ministre, David Cameron (dont les ancêtres sont écossais), après avoir visité une plateforme off-shore de BP, a réuni lundi un Conseil des ministres délocalisé à Aberdeen, capitale pétrolière de l'Europe. Présentant un rapport sur le secteur pétrolier, il a assuré que le Royaume-Uni pouvait «absorber les chocs de la volatilité du prix du pétrole qui affecteraient considérablement l'économie d'un petit pays». Le first minister écossais Alex Salmond, qui mène le combat pour l'indépendance soumise à un référendum le 18 septembre, n'entendait pas rester sans voix. Il a donc organisé sa propre réunion de son gouvernement régional à di...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant