Londres envisage de limiter l'immigration en provenance de l'UE

le
1

par Kylie MacLellan LONDRES, 26 octobre (Reuters) - Le gouvernement de David Cameron envisage de limiter le nombre de ressortissants de pays de l'Union européenne autorisés à travailler en Grande-Bretagne dans le cadre de ses projets de maîtrise de l'immigration, a déclaré dimanche son ministre de la Défense. Michael Fallon a souligné que certaines régions de Grande-Bretagne se sentaient "assiégées" en raison de l'afflux de travailleurs étrangers. Le Parti conservateur de David Cameron est tenté de durcir son discours sur l'immigration de crainte de voir une partie de son électorat lui échapper au profit du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) lors des législatives de 2015. Le Premier ministre, qui s'est engagé, en cas de victoire l'an prochain, à renégocier les termes de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE avant de soumettre cette question à référendum, doit présenter dans les semaines à venir ses projets en matière d'immigration. "Nous examinons les chiffres en détail, est-ce la bonne chose à faire d'autoriser de grandes quantités (d'immigrés) à venir dans des secteurs particuliers, dans des régions particulières du pays sans aucune forme de contrainte?", a interrogé Michael Fallon à l'antenne de Sky News. Limiter la délivrance de numéros de sécurité sociale, indispensables pour travailler en Grande-Bretagne, est une des hypothèses à l'étude, a ajouté le ministre de la Défense. Il n'a pas précisé quels secteurs d'activité pourraient être concernés. La presse a rapporté cette semaine que David Cameron voulait limiter les entrées de travailleurs peu qualifiés. L'UKIP mène campagne contre l'immigration et pour une sortie de l'Union européenne, deux thèmes auxquels les électeurs conservateurs sont sensibles. D'après un sondage de l'institut Opinium publié dimanche dans l'hebdomadaire The Observer, près d'un électeur britannique sur trois voterait pour le candidat de l'UKIP aux prochaines législatives s'il le jugeait capable de remporter le siège de sa circonscription. Le président sortant de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a prévenu qu'une limitation de l'immigration en provenance des pays de l'UE serait contraire au principe fondamental de la libre circulation au sein de l'Union. "C'est la position actuelle. Nous voulons changer cela afin d'exercer une forme de contrôle", a répondu Michael Fallon. "On ne peut pas se contenter de dire que c'est la règle depuis 50 ans et qu'elle ne pourra jamais être changée. Les choses ont changé en Europe (...) et nous sommes parfaitement autorisés à dire que cela fait une différence à nos yeux et qu'il faut désormais traiter cela." Durant l'année qui s'est achevée en mars 2014, le solde migratoire net en provenance de l'UE a été positif de 131.000 personnes en Grande-Bretagne, contre 95.000 l'année précédente. (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le dimanche 26 oct 2014 à 17:50

    Le gouvernement britannique est probablement le plus pragmatique face à l'absence de maîtrise des flux migratoires.