Londres : des milliers de manifestants pour la hausse des salaires

le
0
Londres : des milliers de manifestants pour la hausse des salaires
Londres : des milliers de manifestants pour la hausse des salaires

Le Royaume-Uni n'avait plus assisté à de telles scènes depuis 2011 et une manifestation monstre contre l'austérité. Au moins 80 000 personnes sont descendues dans les rues de Londres samedi pour protester contre l'érosion des salaires. Selon les organisateurs, ils auraient baissé de 50 livres par semaine (environ 63 euros) depuis 2008, début de la crise économique. Des milliers de personnes étaient également présentes à Glasgow (Ecosse) et Belfast (Irlande du Nord). 

Des fonctionnaires, majoritaires dans cette grande manifestation, et des salariés du privé estiment désormais que les performances de l'économie britannique devraient permettre une hausse des salaires. Mercredi dernier, l'office des statistiques nationales britannique a annoncé un nouveau recul du chômage, établi à 6 %, son plus bas niveau depuis fin 2008. La croissance devrait dépasser les 3 % en 2014. 

Dans la manifestation londonienne, les travailleurs ont exprimé leur détresse et confié leurs difficultés à faire face à leurs dépenses quotidiennes, alors que les leaders syndicaux brandissaient le chiffre «175», censé montrer l'écart entre bas et hauts salaires au Royaume-Uni. «On est tous concernés (par les baisses de salaire) dans la fonction publique», a déclaré un ouvrier de 49 ans, précisant que son salaire avait baissé de «25%».

VIDEO. Londres : manifestation contre l'érosion des salaires

Le secrétaire général du syndicat Unison Dave Prentis a pour sa part décrit un pays coupé en deux, avec d'un côté «le champagne qui coule à flots» pour les banquiers, et de l'autre ceux «qui souffrent des bas salaires». Soulignant que la effets de la crise économique de 2008 se faisaient toujours sentir, un porte-parole du Trésor britannique a rétorqué que la politique économique du gouvernement avait «des résultats». «Il y a plus de gens au travail que jamais et les inégalités sont moins fortes que sous le précédent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant