Londres : des entrées d'immeubles réservées aux plus pauvres

le
0
Un immeuble à Londres. Photo d'illustration.
Un immeuble à Londres. Photo d'illustration.

Par la porte arrière. Le quotidien anglais The Guardian révèle sur son site internet que les immeubles de luxe londoniens "opèrent une ségrégation en forçant les locataires moins aisés à utiliser une entrée séparée". Un phénomène plus communément appelé outre-Manche "poor doors", ou "les portes des pauvres". Alors que la crise du logement touche de plein fouet la dense capitale anglaise, les promoteurs britanniques sont obligés d'inclure dans leurs projets immobiliers des appartements à loyer modéré, et cela vaut également pour les immeubles de haut standing.Ainsi, dans un immeuble en bordure de la City, le quartier financier de Londres, les riches locataires ont le droit à une entrée digne d'"un lobby d'hôtel" pavé de "marbre" et rempli de "sofas", tandis que ceux aux loyers modérés "entrent par une porte sur le côté dans une petite rue adjacente" qui les prévient qu'"ils sont filmés et qu'ils seront poursuivis s'ils abîment les lieux", explique le journal britannique. Dans une brochure pour un immeuble en construction, les futurs résidents reçoivent la promesse que "les logements abordables auront une entrée séparée, pas d'accès au parking ni de places réservées aux vélos, et que les boîtes aux lettres et les poubelles seront aussi séparées", précise The Guardian.Aucune interdiction en vueSi le maire de la ville, Boris Johnson, assure qu'il compte bien décourager ces pratiques, il ne promet...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant