Londres demande à Lloyds de lever 8,6 milliards de livres

le
0
LES BESOINS EN FONDS PROPRES DE LLOYDS S?ÉLÈVENT À 8,6 MILLIARDS DE LIVRES
LES BESOINS EN FONDS PROPRES DE LLOYDS S?ÉLÈVENT À 8,6 MILLIARDS DE LIVRES

par Huw Jones et Matt Scuffham

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group doit combler un besoin de fonds propres de 8,6 milliards de livres (10 milliards d'euros), a annoncé jeudi l'Autorité de régulation prudentielle (PRA), au lendemain de l'annonce du projet de désengagement de l'Etat.

Londres tente de rétablir la confiance envers le secteur bancaire qui a dû faire appel à l'argent public durant la crise financière de 2007-2009. En dehors d'une participation minoritaire dans Lloyds, l'Etat britannique détient 81% du capital de Royal Bank of Scotland.

Le gouvernement de David Cameron entend céder rapidement ses parts dans Lloyds Banking et il va réfléchir à un démantèlement de Royal Bank of Scotland, a déclaré mercredi le ministre des Finances, George Osborne, notant au passage qu'une retour de RBS au privé ne se ferait pas de sitôt.

De son côté, la PRA a dit que les besoins cumulés de fonds propres de cinq grandes banques britanniques représentaient 27,1 milliards de livres (31,7 milliards d'euros) fin 2012, alors qu'elle estimait ces besoins à 25 milliards en mars.

Il y a trois mois, les banques avaient communiqué leurs projets de lever 12,5 milliards de livres cette année et la PRA a relevé cette estimation à 13,7 milliards jeudi.

Les banques britanniques doivent constituer un ratio de fonds propres "durs" Tier 1 représentant 7% de leurs actifs pondérés du risque d'ici décembre pour se mettre en conformité avec le régime dit de "Bâle III", qui entre progressivement en vigueur à partir de cette année.

LES RÈGLES DURCIES EN AVANCE

La PRA, organisme dépendant de la Banque d'Angleterre, a par ailleurs fixé avec effet immédiat aux banques britanniques un ratio de levier de 3% qui, en pratique, limite leur capacité de prêt mesurée au regard de leurs fonds propres. Elle a ainsi agi avec cinq années d'avance sur le délai fixé au niveau international pour la mise en oeuvre de ce ratio.

Les besoins de fonds propres à la fin de l'année passée étaient par ailleurs de 13,6 milliards pour RBS et de trois milliards pour Barclays.

Cette dernière a dit qu'elle pourrait combler ce besoin sans procéder à une augmentation de capital. Lloyds a également déclaré pouvoir se passer d'un appel public à l'épargne pour mettre son capital à niveau.

La banque Co-op a des besoins de 1,5 milliard de livres et Nationwide de 400 millions, tandis que HSBC, Standard Chartered et la filiale britannique de Santander n'ont pas besoin de renflouer leur capital, selon la PRA.

Celle-ci a également observé que le ratio de levier de Barclays n'était que de 2,9% et qu'il passerait à 2,5% après ajustement. Elle a ajouté que Barclays et Nationwide devraient soumettre d'ici la fin du mois des propositions pour réduire leur effet de levier.

Elle a enfin dit qu'elle avait fait preuve de souplesse en permettant à certaines banques de se mettre en règle définitivement au premier semestre 2014.

Une fois appliquées les mesures prévues jusqu'à présent, quatre banques auront encore besoin d'augmenter leurs fonds propres. Il leur a été demandé de présenter des propositions à ce sujet.

Juliette Rouillon et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant