Londres : conflit de voisinage entre l'ambassade de France et un milliardaire

le
0

Les travaux d’un richissime voisin, qui souhaite faire construire un gigantesque parking sous sa maison, gêne quelque peu l’ambassade française. Elle tente de l’en dissuader.

Le conflit de voisinage est un problème pour tous. Il y a quelques semaines Le Figaro Immobilier vous parlait de cette maison rayée, qui faisait hurler les beaux quartiers de Londres: pour protester contre une autorisation de travaux qui lui est refusée, la propriétaire d’une maison à 20 millions d’euros l’avait faite repeindre façon sucre d’orge. Une transformation de très mauvais goût et assez fâcheuse, pour un certain nombre de voisins.

Cette fois-ci, le conflit de voisinage concerne un milliardaire londonien dénommé Jon Hunt, qui n’est autre que le fondateur du réseau d’agences immobilières Foxtons. Ce dernier a entrepris de faire construire un gigantesque parking sous sa propriété de Kensington, dans l’une des rues les plus chics de Londres, rapportent aujourd’hui Les Échos. Jusqu’ici rien d’anormal, faire des travaux sous terre étant une tendance avérée. En témoignent toutes les «maisons iceberg», qui se multiplient à Londres.

Sauf que dans ce cas précis, le voisin de Jon Hunt n’est autre que... l’ambassade française à Londres! Une ambassade qui n’a pas très envie d’être dérangée toute la journée par des bruits de pelleteuse et de marteaux-piqueurs. L’ambassade a donc attaqué Jon Hunt devant la justice, redoutant que les travaux ne durent pendant «des années».

Les travaux ont déjà commencé

Problème: à quelques encablures de Hyde Park et du palais où vivent William et Kate, les travaux du parking qui a pour vocation d’accueillir toutes les voitures de collection de Jon Hunt ont déjà commencé! L’avocat de l’ambassade française a contesté ce mardi le chantier et l’autorisation de travaux accordée par les autorités locales... De son côté, la défense soutient que dans la mesure où les travaux ont d’ores et déjà commencé, le permis de construire ne peut plus être retiré. Le procès suit donc son cours.

Ce chantier ne devrait pas perturber outre mesure le couple Hunt, qui n’a pas encore emménagé dans cette maison achetée en 2008. Ce type de conflit est fréquent dans les quartiers chics de la capitale, où le prix au mètre carré est si élevé que plutôt que d’acheter plus grand ailleurs, les propriétaires préfèrent creuser sous leur propre bien.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant