Londres cherche encore la solution pour privatiser RBS

le
0
Depuis que l'État a sauvé RBS de la faillite en rachetant pour 45 milliards de livres 82 % du capital, l'action a encore perdu 36 %. Quatre autres banques du pays cherchent à renforcer leur capital.

Souvent présentée comme le poumon de l'économie britannique, la finance est aussi, ces derniers temps, son fardeau. Cinq ans après la crise financière, les banques n'en finissent pas de peser sur le budget de l'État, sa dette et sur toute l'économie du Royaume-Uni. Cinq fleurons du secteur (Barclays, Co-op, Lloyds, Nationwide et RBS) ont besoin de 27,1 milliards de livres (31,6 milliards d'euros) supplémentaires de fonds propres pour renforcer leur capital, selon les chiffres publiés jeudi par l'autorité de régulation dépendant de la Banque d'Angleterre (BoE).

Les montants cumulés aux bilans des plus grandes banques représentent cinq fois la taille de l'économie britannique. La Banque d'Angleterre redoute une fragilité qui pourrait mener à de nouvelles failli...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant