Londres autorisé à extrader cinq islamistes

le
0
La Cour européenne des droits de l'homme a débouté cinq suspects de terrorisme qui tentaient de s'opposer à leur extradition du Royaume-Uni vers les États-Unis.

De notre correspondant à Londres

Borgne, manchot, un crochet au bout du bras, Abou Hamza est le visage incarné de l'islamisme radical en Grande-Bretagne. Cet imam enflammait de ses prêches violents la mosquée de Finsbury Park, dans le nord de Londres, jusqu'à sa condamnation en 2006 à sept ans de prison pour appel au meurtre et incitation à la haine raciale. Mardi, la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg a autorisé son extradition, ainsi que celle de cinq autres suspects de terrorisme, vers les États-Unis. Cette décision a été accueillie avec soulagement au Royaume-Uni, après le revers subi devant la juridiction européenne sur le projet d'expulsion d'un autre islamiste, Abou Qatada, présenté comme ex-bras droit de Ben Laden, vers la Jordanie.

Trois mois pour faire appel

Les cinq terroristes présumés ont trois mois pour faire appel, avant d'être expulsés outre-Altantique. Abou Hamza y est poursuivi pour 11 chefs d'inculpation, dont sa participation à

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant