Londres appelle au rétablissement du dialogue en Irlande du Nord

le
0

(Actualisé avec déclaration PM irlandais §7-9) LONDRES, 11 septembre (Reuters) - Le gouvernement britannique a lancé vendredi un appel au calme et au dialogue dans la crise politique qui agite l'Irlande du Nord après la démission du chef du gouvernement nord-irlandais Peter Robinson qui demande que Londres suspende les institutions politiques de l'Ulster. "Je regrette que nous soyons dans cette situation", a commenté Theresa Villiers, secrétaire d'Etat pour l'Irlande du Nord, sur l'antenne de la BBC. "L'essentiel maintenant est d'essayer de trouver un moyen de rétablir des relations qui fonctionnent, de régler les problèmes liés aux groupes paramilitaires, de parvenir à une application de l'accord de Stormont House (sur les questions communautaires) et cela ne peut se faire que par des discussions entre partis", a-t-elle ajouté. La crise que traverse l'Irlande du Nord est l'une des plus graves depuis les accords de paix de 1998 qui ont ouvert la voie à un partage du pouvoir entre les unionistes protestants et les nationalistes catholiques. ID:nL5N11G464 ) Elle trouve son origine dans un meurtre commis cet été et que la police a attribué à l'ex-Armée républicaine irlandaise (IRA), aujourd'hui dissoute. Theresa Villiers a estimé que la création d'une autorité indépendante chargée de contrôler le déclassement des armes et le démantèlement des organisations paramilitaires constituait "l'idée la plus plausible". Le Premier ministre irlandais Enda Kenny a déclaré qu'il existait une "possibilité réduite" d'éviter un effondrement du gouvernement nord-irlandais ajoutant que si un tel scénario se produisait le rétablissement d'institutions communes serait très long. "S'il (le gouvernement) s'effondre, il faudra un temps très long avant de revenir à une situation que vous pourrez qualifier de normale avec un exécutif ou une assemblée", a commenté le chef du gouvernement irlandais sur la chaîne nationale RTE. "Je pense qu'on peut l'éviter mais je pense que cela exige une évaluation réaliste de la part de gens qui ont des choses très dures à se reprocher et entre lesquelles il est clair qu'il existe d'importantes divergences d'opinion. Il est nécessaire d'avoir une vue d'ensemble", a-t-il poursuivi. (Guy Faulconbridge avec Padraic Halpin à Dublin; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant