Londres à la fête, Manchester fait la tête

le
0
Londres à la fête, Manchester fait la tête
Londres à la fête, Manchester fait la tête

Arsenal vainqueur au finish face à Leicester, Tottenham qui déroule à City et Chelsea qui fanfaronne contre Newcastle, Londres était en feu ce week-end. Du côté de Manchester, la tendance est à l'abandon. Rétro sur une vingt-sixième journée touffue.

L'équipe de la journée : Sunderland


Il est le sourire d'une équipe qui reprend espoir à la force de la mâchoire de son entraîneur. Le week-end de foot anglais n'avait débuté que depuis trois minutes lorsqu'il a dégainé le premier cœur de son aventure britannique. Samedi, face à Manchester United, Wahbi Khazri n'a eu besoin que d'un coup franc anodin, et non touché, pour ouvrir le score et lancer Sunderland vers sa première victoire à domicile depuis le 2 janvier dernier. L'histoire retiendra même que le succès final a été assuré par un coup de casque de Lamine Koné. De quoi faire avaler son chewing-gum à Sam Allardyce et faire rêver le Stadium of Light à un nouveau sauvetage pour rester en Premier League la saison prochaine. En 2016, Sunderland n'a perdu que trois fois et face à des membres du top 6 (Arsenal, Tottenham et Manchester City). Le reste ? Des succès importants à Swansea (4-2) ou face à Villa (3-1) combinés à un point arraché au courage la semaine passée à Anfield (2-2). Pendant ce temps-là, Newcastle ne cesse de se casser la gueule et Norwich n'a plus qu'un point d'avance. Chat noir et boule d'espoir.

Le joueur de la journée : Willian


Près de deux mois que Stamford Bridge attendait ça. Samedi, face à Newcastle (5-1), Chelsea a remporté sa première victoire à domicile en championnat depuis le 19 décembre et son premier succès à la maison depuis l'arrivée de Guus Hiddink sur le banc des Blues. De cette gifle donnée à des Magpies sans saveur, le PSG ne devra pas trop tirer d'enseignements. Il s'agit, en réalité, d'une confirmation des progrès réalisés par Chelsea depuis plusieurs semaines et d'une simple mise en œuvre face à une équipe qui joue sa peau en Premier League. Reste qu'un homme traverse la tempête par la grâce. Seul, sous sa touffe et son mètre soixante-quinze, à travers une faculté à porter un effectif tout entier sous son propre talent. Il dézone, dribble, provoque, fabrique, offre, marque et donne le sourire. À 27 ans, Willian a atteint la maturité et a marqué ce week-end un but et délivré une passe décisive à un Diego Costa, lui aussi en feu depuis plusieurs semaines (7 buts lors de ses huit derniers matches).…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant