Loire-Atlantique : importante pollution au fioul après la rupture d'un pipeline

le
0
Loire-Atlantique : importante pollution au fioul après la rupture d'un pipeline
Loire-Atlantique : importante pollution au fioul après la rupture d'un pipeline

Une importante pollution au fioul domestique, avec le déversement potentiel de 550.000 litres de ce carburant, a eu lieu mardi en Loire-Atlantique après la rupture, par un engin de chantier, d'un pipeline souterrain reliant la raffinerie Total de Donges à un dépôt en Ille-et-Vilaine.

L'accident s'est déroulé en milieu de matinée au lieu-dit «Tragouët» sur la commune de Sainte-Anne-sur-Brivet, au nord-ouest de la Loire-Atlantique, lors de travaux pour renforcer une ligne haute tension rapporte le journal Ouest France. Un engin de chantier a endommagé un pipeline de Total transportant du fioul domestique entre sa raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), située au bord de l'estuaire de la Loire, et un de ses dépôts à Vern-sur-Seiche, près de Rennes. «Une importante fuite d'hydrocarbure a été rapidement détectée avec potentiellement 550 m3 (550.000 litres) déversés sur ce secteur» au maximum, a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique dans un communiqué, après une réévaluation de la pollution à ce chiffre par Total, qui avait dans un premier temps estimé la fuite à 380.000 litres.

VIDEO. Loire-Atlantique : pollution au fioul après la rupture d'un pipeline (Ouest France)

Relogement pour une vingtaine d'habitants

«Dix maisons ont été évacuées et une solution de relogement est proposée à la vingtaine d'habitants concernés», ajoute la préfecture. «Un périmètre est actuellement en cours de définition pour interdire la consommation d'eau des puits tant humaine qu'animale. Il est d'ores et déjà recommandé aux habitants qui se situent aux alentours de ne pas consommer l'eau des puits». «En revanche, le réseau d'eau potable n'est pas concerné. Il n'y a aucune contre-indication à la consommation de l'eau du robinet», ont souligné les autorités.

«L'exploitation du pipeline a été immédiatement arrêtée et le tronçon concerné isolé pour stopper l'écoulement», indique-t-on chez Total. «Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant