Loin de chez soi, on est moins physionomiste

le
0
Des chercheurs expliquent pourquoi le cerveau peine parfois à identifier des personnes connues dans un environnement inhabituel.

Un collègue croisé en vacances, le boulanger que l'on retrouve à un dîner chez des amis... Nous sommes nombreux à avoir déjà fait cette expérience troublante: hors contexte, il est parfois difficile de reconnaître une personne que l'on côtoie régulièrement. En cause, la complexité des processus cérébraux impliqués dans la reconnaissance faciale, dont le décryptage fait l'objet de recherches de plus en plus poussées.

Dernière en date, une étude parue mercredi dans la revueNature Communications. Les travaux de Matthew Apps et Manos Tsakiris de la Royal Holloway University of London montrent comment la reconnaissance d'un visage sollicite plusieurs zones du cerveau pour des tâches relativement différentes. Le traitement du visage par le cerveau suit en effet un cheminement connu de la communauté scientifique, en quatre...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant