Loi Travail : Valls sur la corde raide

le , mis à jour à 09:29
0
Loi Travail : Valls sur la corde raide
Loi Travail : Valls sur la corde raide

« Ceci est une remise en cause d'un droit fondamental, la liberté de manifester puisque votre proposition ne constitue pas une réelle alternative. »

 

Retour à l'envoyeur : lundi soir, l'intersyndicale qui réunit les opposants à la loi Travail, de la CGT à FO, a dit niet au gouvernement dans un courrier répondant à Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. Pas question de substituer un rassemblement « statique » en lieu et place d'un traditionnel défilé Bastille-Nation le 23 juin. Quitte à pousser le gouvernement à sortir l'artillerie lourde : l'inter-I diction d'une manifestation à Paris.

 

Cap ou pas cap ? Lundi matin, à l'heure des croissants à Matignon, certains députés amis du Premier ministre s'interrogeaient sur la volonté réelle du président d'assumer une éventuelle interdiction de défiler. « Valls nous a dit de pas nous inquiéter là-dessus... », confie un participant. Quelques heures plus tard, les deux têtes de l'exécutif évoquaient d'ailleurs les manifestations lors de leur déjeuner.

 

De fait, l'Elysée comme Matignon se sont assurés de la faisabilité juridique d'une interdiction justifiée pour des raisons de sécurité. Ce cas de figure s'est déjà produit en novembre dernier lorsque la marche mondiale pour le climat des ONG avait été interdite en prélude de la COP21. Au-delà, l'exécutif craint de nouveaux débordements comme ceux observés en marge du cortège parisien le 14 juin.

 

Paris, le 14 juin. Le gouvernement veut à tout prix éviter les débordements violents, qui ont eu lieu lors des dernières manifestations contre la loi Travail. (LP/Arnaud Dumontier.)

 

« La CGT n'est plus la CGT : les plus radicaux se sont infiltrés en son sein », observe-t-on au ministère de l'Intérieur. Sauf à être de nouveau taxé de « laxisme » par l'opposition, plus question pour Valls de revivre les images d'un hôpital attaqué, comme Necker, ou de commerces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant