Loi Travail : Valls admet «des ratés» et défend «un nouveau départ»

le , mis à jour à 23:12
2
Loi Travail : Valls admet «des ratés» et défend «un nouveau départ»
Loi Travail : Valls admet «des ratés» et défend «un nouveau départ»

Manuel Valls était à la manœuvre ce lundi, pour déminer l'explosif dossier de la loi Travail. Après un déjeuner secret au cours duquel il a expliqué les derniers arbitrages en présence notamment de Myriam El Khomri et d'Emmanuel Macron, le chef du gouvernement a présenté une nouvelle mouture du texte dans l'après-midi aux partenaires sociaux et aux organisations étudiantes.

Verdict : l'exécutif a clairement lâché du lest, rendant notamment le barème des indemnités prud'homales «indicatif» et non plus obligatoire, en réduisant le champ laissé aux décisions unilatérales des dirigeants de PME ou en renonçant à donner plus de souplesse pour augmenter le temps de travail des apprentis mineurs.

Cela n'empêche pas la CGT, FO, l'Unef et les organisations lycéennes d'appeler à la poursuite de la mobilisation. Manuel Valls s'est félicité, lui, du «chemin parcouru». D'autant plus qu'il est parvenu à convaincre la CFDT et la CFTC... «Nous avons modifié le texte, nous l'avons amélioré», assure-t-il, vantant «les compromis intelligents, constructifs, qui nous permettent de réformer».

Fort de ces concessions et d'un mea culpa -«il y a eu des ratés»-, le chef du gouvernement pense pouvoir désormais «convaincre» sa majorité à l'Assemblée nationale, tout en défendant «les grands équilibres» trouvés sur le texte après la concertation avec les partenaires sociaux. Ultime rendez-vous de cette journée de déminage, le Premier ministre a retrouvé les députés PS, en début de soirée, pour un séminaire à huis clos à l'Assemblée.

EN SAVOIR PLUS. Ce qui change dans la nouvelle version présentée par Valls

QUESTION DU JOUR. Loi Travail : les concessions du gouvernement vont-elles suffire à calmer la rue ?

Revivez cette journée de discussion sur la loi Travail :

23 heures. L'extension de la garantie jeunes devrait coûter 420M€. L'exécutif table désormais sur le fait que 200 000 jeunes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 9 mois

    Recul et Ridicule, voilà les 2 qualificatifs qui conviennent le mieux à ce nouveau projet qui ne verra d'ailleurs jamais le jour, comme toutes les tentatives de réforme de ce gouvernement....

  • Spartaku il y a 9 mois

    L'art et la manière de se mettre à dos les deux parties en même temps ....