Loi Travail : une rescapée d'Oradour refuse d'être honorée pour protester

le , mis à jour à 18:49
2
Loi Travail : une rescapée d'Oradour refuse d'être honorée pour protester
Loi Travail : une rescapée d'Oradour refuse d'être honorée pour protester

«Pas question d'accepter une décoration venant d'un gouvernement qui ne respecte pas les salariés» : en soutien aux opposants à la loi El Khomri, Camille Senon, 93 ans, rescapée du massacre d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) en 1944, a refusé une distinction, raconte «Le Dauphiné Libéré». Et non des moindres. Le 18 mai dernier, Matignon lui annonce par courrier qu'elle va être nommée commandeur de l'ordre national du mérite. L'ancienne syndicaliste à la CGT répond alors au Premier ministre, Manuel Valls, qu'elle s'y oppose : «Dans le contexte actuel il m’est impossible d’accepter de votre part cette distinction (...) alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis deux mois par les salariés, les jeunes, une majorité de députés et de Français contre la Loi Travail que vous venez d’imposer par le 49-3. Accepter cette distinction aujourd’hui serait «renier toute ma vie militante pour plus de justice et de solidarité, de liberté, de fraternité et de paix.»

«Une régression sociale»

Déjà officier de la Légion d’honneur, cette ancienne secrétaire générale du syndicat des chèques postaux a compté parmi les membres dirigeants de la CGT des PTT. En 2014, lors des dernières élections municipales à Limoges, Camille Senon s'était présentée sur la liste d’opposition du Front de gauche. Elle était présente le 1er mai dernier dans cette même ville lors du traditionnel défilé de la fête du travail. «Si la loi Travail venait à passer, notre génération porterait la responsabilité d'une régression sociale sans égale depuis 80 ans!», avait-elle lancé devant la préfecture.

642 victimes des SS

Autre combat pour Camille Senon: le devoir de mémoire. Depuis des décennies, elle témoigne auprès des jeunes du drame qui s'est déroulé le 10 juin 1944 à Oradour sur Glane, village de la Haute-Vienne où 642 personnes ont été massacrées par la division SS Das Reich. Ce jour là, âgée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 8 mois

    Sans intérêt, l'avis d'une cégétiste de 93 ans. Etre cégétiste et avoir 93 ans ne sont pas des conditions très favorables pour avoir des idées dignes d'intérêt.

  • aerosp il y a 8 mois

    Bravo Madame !