Loi Travail : un vote sous haute tension

le , mis à jour à 08:33
0
Loi Travail : un vote sous haute tension
Loi Travail : un vote sous haute tension

Après les locaux syndicaux de la CGT et la CFDT vandalisés, les insultes des militants et les menaces d'interdiction de défiler la semaine dernière, trois nouveaux épisodes du « feuilleton » loi Travail se joueront demain dans un climat délétère.

 

Le premier se passera dans la rue. Demain, l'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et FIDL — opposée au projet de loi — va manifester pour la onzième fois un peu partout en France. A Paris, le pataquès de la semaine dernière ne devrait pas se reproduire. Alors que jeudi dernier la manifestation avait failli être interdite par le gouvernement pour des raisons de sécurité, cette fois, le principe du défilé est acquis. Reste à connaître le tracé. La préfecture de police de Paris doit autoriser ou non ce matin le trajet voulu par les syndicats, entre Nation et la place d'Italie.

 

 

Nouvelle version très libérale

 

Le deuxième se jouera au palais du Luxembourg. Car, au moment où les cortèges commenceront à se disperser sera organisé au Sénat, à majorité de droite, le vote solennel d'une nouvelle version très libérale du texte. Aussitôt après le scrutin, vers 18 heures, le projet fera l'objet d'une commission mixte paritaire Sénat-Assemblée chargée de trouver un accord. En cas d'échec, attendu, le texte retournera à l'Assemblée nationale le 5 juillet pour être, sans surprise, détricoté. Comme en première lecture, le gouvernement pourrait utiliser l'article 49-3 pour imposer sa version.

 

Même au Sénat, le vote de la loi a donné lieu à de très vifs débats. L'article 2, qui instaure la primauté des accords d'entreprise sur les accords de branche, a provoqué la colère de plusieurs syndicats, dont la CGT et FO, et d'une partie de la gauche. Pas moins de 160 scrutins publics, soit seize heures de débats, ont été décomptés pour ce seul article très controversé. Le texte a été profondément remanié. Le verrou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant