Loi Travail, point d'indice : pour la gauche du PS, le compte n'y est pas

le , mis à jour à 08:38
2
Loi Travail, point d'indice : pour la gauche du PS, le compte n'y est pas
Loi Travail, point d'indice : pour la gauche du PS, le compte n'y est pas

Ses proches ne cherchent pas à le dissimuler : oui, Martine Aubry est restée « depuis le début » du débat sur l'avant-projet de loi sur le travail en contact avec Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière. « Il y a une réelle complicité entre eux, qui ne date pas d'hier », relève un élu du Nord. D'où, sans doute, une ressemblance frappante dans les jugements que portent l'une comme l'autre sur les corrections apportées par Manuel Valls et François Hollande au texte défendu par Myriam El Khomri. Même si, à la différence de Mailly (adhérent du PS), la maire de Lille — qui a également discuté, soulignent ses proches, avec Laurent Berger, le chef de file de la CFDT — se garde bien de réclamer le retrait de l'avant-projet de loi. « Le retrait, ce n'est pas ma culture. Moi, je suis pour la négociation », a-t-elle expliqué en bureau national du PS il y a dix jours.

Reste que Jean-Marc Germain, l'un de ses principaux représentants à Paris, a défendu une ligne dure face au Premier ministre, lundi, lors du second séminaire avec les parlementaires socialistes. « Y a-t-il eu des retraits significatifs ? La réponse est oui. Reste-t-il des mesures inacceptables ? La réponse est oui », a lancé le député des Hauts-de-Seine. Et de pointer, en l'état actuel, un accord « perdant-perdant » pour les salariés, notamment en matière de licenciements et d'accords d'entreprise. « Germain, comme Aubry, cherche à rigidifier le dispositif », juge un des poids lourds de la direction du PS. La discussion du texte à l'Assemblée ne s'annonce pas comme une partie de plaisir pour la ministre...

Une décision qui «va dans le bon sens» mais «cosmétique»

Peu emballés par les ajustements sur la loi Travail, les aubrystes ne sableront pas non plus le champagne pour la revalorisation de l'indice des salaires des fonctionnaires. Pourquoi ? « 1 %, c'est beaucoup trop faible, estime le député européen ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 9 mois

    on ne veux plus payer et se priver pour la fonction publique

  • M8252219 il y a 9 mois

    Clientélisme déplacé, depuis le gel de l'indice la masse salariale des fonctionnaires a augmentée chaque année de plus de 2%. Tout un chacun à eu le droit à une promotion à une meilleure prime d'ancienneté , et bien d'autres fantaisies.