Loi travail : masques, foulards et projectiles interdits à la manif

le
1
Les vitres de l'hôpital Necker, à Paris, ont été brisées mardi 14 juin 2016. Pour éviter les casseurs, les contrôles de manifestants ont été renforcés.
Les vitres de l'hôpital Necker, à Paris, ont été brisées mardi 14 juin 2016. Pour éviter les casseurs, les contrôles de manifestants ont été renforcés.

Au total, 2 000 fonctionnaires de police sont mobilisés pour sécuriser la manifestation contre la loi travail de ce jeudi près de la place de la Bastille à Paris. Mais ce n'est pas tout, car la dégradation de l'hôpital pour enfants malades Necker lors de la manifestation du 14 juin a laissé des traces... Dans le journal Le Monde, Fabien Vanhemelryck, secrétaire général délégué du syndicat de police Alliance, évoque une situation « hors norme », notamment à cause des contrôles réalisés en amont de l'événement.

Sur les axes et boulevards entourant la place de la Bastille, toutes les allées et venues vont, en effet, être passées au peigne fin. C'est Michel Cadot, actuel préfet de police de Paris, qui a détaillé la procédure mise en place pour éviter que des débordements ne se produisent. Les déguisements et tout ce qui ressemble de près ou de loin à des projectiles ne passeront pas les lieux de pré-filtrage mis en place par la police de Paris, où les sacs seront contrôlés. Masques et foulards sont prohibés. Une façon de s'assurer que des casseurs ne s'infiltrent pas dans le cortège.

Dispositif anti-casseurs

En outre, des mesures d'interdiction concernent « une centaine de personnes qui ont été interpellées dans les manifestations précédentes, notamment contre la loi travail, au cours des derniers mois », a ajouté Michel Cadot. Des palpations et des contrôles...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    "une nouvelle manifestation nationale avec 10 000 manifestants pour toute la France : Il y a des journaleux CGTristes.