Loi Travail : Martinez et El Khomri font monter la pression

le
0
Loi Travail : Martinez et El Khomri font monter la pression
Loi Travail : Martinez et El Khomri font monter la pression

A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, que les syndicats promettent « énorme », le patron de la CGT et la ministre du Travail ont, ce lundi matin, fait monter la pression par médias interposés.

 

Martinez accuse le gouvernement de posture. « Quand on veut se sortir d'un mouvement d'une très grande ampleur comme nous le connaissons, il faut pouvoir discuter, et ne pas être dans une posture comme le fait le gouvernement », a reproché le leader de la CGT, Philippe Martinez, sur Europe 1. « Elle a mon numéro de téléphone, je suis disponible avant vendredi », a-t-il précisé.

 

« Soit on reste figé comme le fait le gouvernement, soit on écoute ce que dit l'opinion publique, ce que disent les salariés, ce que disent une majorité de syndicats et il faut le répéter, nous sommes une majorité de syndicats (CGT, FSU, FO, Solidaires, Unef, UNL, Fidl, ndlr) à dire ce texte tel qu'il est, il ne va pas », a-t-il souligné. « Je ne suis pas pessimiste, j'espère que le gouvernement comprend ce qui se passe », a-t-il conclu.

 

 

El Khomri reproche la «puérilité » du calendrier. Myriam El Khomri a reproché une fois de plus à la CGT d'avoir « opté pour la politique de la chaise vide depuis deux mois ». « Philippe Martinez a dit vendredi (qu'il ne voulait) pas bloquer l'Euro. A partir de là, je lui ai dit voyons nous dans la minute. Et il a répondu nous nous verrions comme convenu », vendredi 17 juin. (…) Ces question de calendrier ont quelque chose d'un peu puéril », s'est agacée la ministre du Travail sur France Inter.

 

« La position de la CGT a évolué, et c'est une bonne chose ; le préalable était le retrait du texte, ce n'est plus le cas », a-t-elle remarqué avec satisfaction. La ministre s'est tout de même inquiétée de la version du texte qui sera débattue à compter de ce lundi au Sénat, après avoir été réécrite en commission, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant