Loi Travail : Manuel Valls n'exclut pas d'utiliser le 49-3

le , mis à jour à 21:32
3
Loi Travail : Manuel Valls n'exclut pas d'utiliser le 49-3
Loi Travail : Manuel Valls n'exclut pas d'utiliser le 49-3

Le retour de la menace 49-3 ? Manuel Valls n'exclut pas d'utiliser l'article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire adopter au Parlement le projet de loi contesté sur le Travail, comme il le dit dans une émission qui sera diffusée vendredi soir sur Public Sénat.

«Il ne faut jamais renoncer à un moyen constitutionnel», déclare le Premier ministre lors «Bibliothèque Médicis», alors qu'une partie de la gauche lui demande d'exclure complètement d'y avoir recours. «Nous verrons la semaine prochaine mais ce texte doit passer», affirme encore le chef du gouvernement.

A l'origine de manifestations importantes et de désaccords au sein de la gauche, le texte a été remanié avant même sa présentation, reportée de deux semaines, en conseil des ministres en mars, puis amendé en commission. Au détour de cette longue interview-portrait d'une heure présentée par Jean-Pierre Elkabbach, le Premier ministre redit son attachement à ce qui est selon lui son «coeur», à savoir le renforcement du poids des accords d'entreprise par rapport à la loi, point contesté notamment par certains députés socialistes et des syndicats comme la CGT et Force ouvrière.

Loi Travail : des débordements dans toute la France

«Il faut faire confiance au dialogue social et aux partenaires sociaux, il faut faire confiance aux chefs d'entreprise et aux salariés, mais dans l'entreprise. Il y a une vision extrêmement centralisatrice, jacobine, qui ne correspond pas à la réalité, qui existe dans une partie du syndicalisme français comme dans la gauche française et aussi c'est vrai du côté du patronat», a critiqué Manuel Valls.

Les parlementaires LR défendent un retour à la version initiale, jugeant le texte désormais «édulcoré». Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a aussi confirmé mardi que les centristes voteraient contre désormais. A gauche, le rapporteur Christophe Sirugue (PS) a jugé possible que le «déficit» de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Brocan2 il y a 7 mois

    Après avoir laissé dépouiller son projet de loi de tout intérêt, il veut passer en force avec le 49-3. Comme pour la loi Macron. M.Valls est un enfonceur de portes ouvertes. Dire que selon la Constitution : "le Premier Ministre détermine et conduit la politique de la Nation." Il rabaisse la fonction misérablement.

  • aerosp il y a 7 mois

    j'espère que la motion de censure qui suivra les balaiera une fois pour toute

  • phili646 il y a 7 mois

    Avec le 49-3 Hollande et Valls vont définitivement scellé leur sort pour 2017.