Loi Travail : Manuel Valls cogne fort à l'Assemblée nationale

le
3
Loi Travail : Manuel Valls cogne fort à l'Assemblée nationale
Loi Travail : Manuel Valls cogne fort à l'Assemblée nationale

A peine rentré d'Israël où il était en voyage officiel, Manuel Valls a affronté ce mercredi après-midi à l'Assemblée nationale une opposition parlementaire remontée à bloc par le conflit autour de loi Travail et les blocus de raffineries et de dépôts de carburant organisés par la CGT.

Déterminé, le Premier ministre, a parlé le langage de la fermeté. «La CGT ne fait pas la loi dans le pays !», a-t-il lancé dans l'hémicycle lors de cette séance de questions au gouvernement où il a été interpellé trois fois de suite. Et il a voulu être clair : le gouvernement ne reculera pas. «Il n'y aura ni retrait du texte ni retrait de l'article 2», a martelé Manuel Valls. L'article 2 représente un des points qui cristallisent la colère des syndicats car il donnerait le prééminence aux accords d'entreprises sur les accords de branche.

«Revenir sur ces dispositions, je cite, ce serait porter un coup dur aux salariés car ils perdraient le bénéfice des nouveaux droits que ce texte leur accorde", a dit Manuel Valls, citant l'interview accordée à «Aujourd'hui en France - Le Parisien» du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui s'est rallié au projet de loi après avoir obtenu des modifications, début mars.

«Il n'y a pas d'alternative à gauche»

Face à certaines interventions au canon, comme celle de Jean-Charles Taugourdeau, député UMP du Maine-et-Loire qui a chargé le gouvernement de nombreuses plaies, Manuel Valls s'est laissé aller à une pointe d'humour. «Le défenseur de l'équipe de France de football, Raphaël Varane, s'est blessé, ça doit être à cause du gouvernement, vous l'avez oublié dans votre question», a-t-il ironisé en répondant au député de l'opposition.

Avant de saisir l'occasion pour donner une leçon politique aux manifestants. «A ceux qui aujourd'hui dans la rue veulent faire tomber le gouvernement, je leur dis : il n'y a pas d'alternative à gauche, la seule ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 7 mois

    C'est incroyable, ce petit bras de rien du tout veut en imposer

  • charleco il y a 7 mois

    Cantelou : Hollande ne peut plus faire marche arrière : il n'a plus d'essence!

  • phili646 il y a 7 mois

    En ce qui me concerne c'est en 2017 que je vais cogner et fort !!!!