Loi Travail : Manuel Valls abat ses nouvelles cartes

le
2
Loi Travail : Manuel Valls abat ses nouvelles cartes
Loi Travail : Manuel Valls abat ses nouvelles cartes

Le couple Hollande-Valls joue gros. « C'est bien simple, si on passe en force, si on ne négocie pas, on n'y arrivera jamais », s'inquiétait dimanche soir un proche du président, soucieux des chances de réussite de la dernière grande réforme du quinquennat. Si Manuel Valls est à la manœuvre pour négocier avec les uns et les autres et retravailler le projet de loi El Khomri qui réforme le Code du travail, François Hollande veille. Les deux hommes se sont appelés plusieurs fois hier et ce matin, un dernier rendez-vous devrait avoir lieu avant la présentation de la nouvelle mouture du texte, ce lundi à 14 h 30. « N'oubliez pas que la jeunesse était au cœur de mon projet. Tenez en compte », a rappelé Hollande cette semaine à ses ministres pour tempérer l'ardeur de ceux qui ne souhaitaient pas lâcher trop de lest...

Face à la fronde des jeunes, l'hostilité des syndicats et la grogne d'une partie de la gauche, jusqu'où Manuel Valls acceptera-t-il d'édulcorer le texte ? Le Premier ministre, ses conseillers et ceux de l'Elysée ont cherché tout le week-end l'équation qui doit satisfaire et la CFDT et le Medef, les deux principaux acteurs du dossier.

Pilier du camp syndical réformiste, la CFDT est l'« alliée » potentielle de ce texte qui porte en partie sa marque. Mais son dirigeant, Laurent Berger, a posé ses conditions et mis la barre haut. Le 3 mars, il a fait du retrait de la barémisation des indemnités prud'homales, de la définition des licenciements économiques et des dispositions sur le temps de travail dans les PME (voir ci-dessous) des conditions sine qua non.

Un équilibre difficile

Autre acteur incontournable pour Manuel Valls, le patronat (Medef, patrons du CAC 40 et les petits patrons et artisans de la CGPME et de l'UPA), qui a mis tout son poids en coulisses pour limiter les « concessions ». Pas question d'édulcorer le texte et surtout pas LA mesure chère au Medef  : celle qui prévoit pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 9 mois

    A t'il des glas oui oui ?

  • M7361806 il y a 9 mois

    Un nuage de fumée !