Loi Travail : les syndicats «réformistes» peinent à mobiliser

le , mis à jour à 00:24
13

Trois jours après les manifestations à l'appel de la CGT et FO farouchement opposés au projet de loi El Khomri, les syndicats «réformistes» ont exigé samedi une modification du texte, lors d'actions à Paris et dans toute la France, deux jours avant l'annonce des arbitrages du gouvernement.

S«i le gouvernement ne nous entend pas, nous sommes prêts à lui montrer notre détermination (...) et nous n'aurons pas d'état d'âme à nous mobiliser dans la rue», a prévenu le numéro un de la CFDT Laurent Berger. «Le temps de la concertation est passé, c'est le temps des décisions», a-t-il dit, aux côtés des leaders de l'Unsa, de la CFTC, de la CFE-CGC et de la Fage (étudiants), lors d'un rassemblement de 600 à 700 personnes, selon la police, place de la République, à Paris

«Si nous ne sommes pas entendus, nous utiliserons tous les moyens pour faire plier le gouvernement», a-t-il insisté, sans exclure une mobilisation commune avec les opposants plus radicaux au texte qui prévoient une nouvelle manifestation le 31 mars. «Nous en discuterons en interne». «Il faut rejeter cette doxa libérale qui veut que pour embaucher plus, il faut faut licencier plus facilement», a rechéri M. Berger. Le ralliement de la CFDT au projet paraît primordial, mais son secrétaire général a mis les choses au point : «c'est le gouvernement qui porte la loi».

Pour le secrétaire général de l'Unsa Luc Bérille, «ce texte a un besoin urgent de rééquilibrage en faveur des salariés». Si, lundi, il n'y a «que des ajustements à la marge, c'est dans la rue et en masse qu'il nous trouvera.»

Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC a tenu le même langage : «Oui, nous allons étudier la manifestation du 31 mars si nous ne sommes pas entendus». «Ce texte est un cadeau aux employeurs. C'est la vieille marotte du patronat, faciliter les licenciements». La présidente de la CFE-CGC a été menacée via des sms par le président du Medef, ce dernier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 9 mois

    Manu ment, manu ment, manu soutient l'gouvernement (sur un air bien connu pendant l'Occupation)

  • M3182284 il y a 9 mois

    C'est normal d'avoir des difficultés à mobiliser. On met dans la rue des gens dans l'émotion. Ceux qui sont dans la raison ne sortent pas pour hurler, invectiver et menacer. La manifestation, ce n'est jamais la raison.

  • nanard83 il y a 9 mois

    J e vais paraître ignare ,je ne comprend pas :qui sont les " réformistes " sont-ce les opposants à la loi ou les partisans de cette loi ??le texte ci-dessus dit tout et, son contraire

  • g.joly1 il y a 9 mois

    Ce "livre" qui est le bréviaire de manu est un pur produit de l'extrême droite. C'est dire qu'il n'a aucune valeur d'autant qu'il est bourré d'erreurs. Mais lisez le et que chacun juge (je parle des gens honnêtes, pas des manu)

  • M3366730 il y a 9 mois

    http://www.lepoint.fr/politique/ Fraîchement inscrit en master d'Économie sociale et solidaire, il dit n'être pas encarté au PS ou ailleurs. Quant à une carrière politique, « on verra. Moi ce que je veux, c'est travailler dans l'économie sociale et solidaire ». En 2007, c'est exactement ce que nous promettait Bruno Julliard : « Tout ce que je peux dire, c'est que je veux une véritable insertion professionnelle. » C'était deux jours avant d'être candidat aux municipales sur la liste PS..

  • g.joly1 il y a 9 mois

    les derniers sondages annoncent une mobilisation massive les 17/3 et 31/3 contre cette loi scélérate. Le démarrage de la mobilisation a déjà été plus fort qu'en 2006 contre le CPE : 500 000 manifestants dont 100 000 à Paris. En 2006 la 1ère manif le 7/2 avait nationalement réuni 400 000 personnes.

  • M415325 il y a 9 mois

    j ai très peu manifeste dans ma vie mais le cpe m a mis dans la rue et cette loi aussi ....les jeunes défendez vous il y a un autre avenir possible

  • b.renie il y a 9 mois

    En s'opposant à la "réformette" du code du travail, les syndicats défendent seulement ceux qui ont un travail. Les chômeurs ne les intéressent pas. Or ils sont la conséquence de la rigidité du droit du travail et du coût qui en résulte pour adapter l'organisation des entreprises aux changements des économies et des techniques. Cela décourage toute création d'entreprise et c'est cela qui fait que les chômeurs ne trouvent pas de travail. Ils doivent attendre qu'un poste se libère.

  • bearnhar il y a 9 mois

    Suppresion de la déductibilité fiscale de 66% des dons et cotisations aux partis et syndicats. Je vous rappele que via cette déductibilité, tous les Français ont été mis à contribution pour renflouer l'UMP suite à l'es...ie Bygmalion, dans laquelle, de plus, personne n'a été condamné. J'exige la fin de l'impunité, l'obligation de présenter un casier vierge, l'inéligibilité A VIE et interdiction de fonction publique, meme pour une simple fraude fiscale, etc...

  • bearnhar il y a 9 mois

    En tant que citoyen qui salarie tous ces gens (politiques, syndicalistes), je n'accepte plus rien tant que l'esentiel n'est pas mis sur la table : publication du rapport Perruchot, transparence totale sur le mode de rémunération de ces gens et ce qu'ils font des cotisations, des dons, mise à plat complète du régime de caste des politiques. PS, LR, FN, syndicats, tous s'abstiennent soigneusement d'en parler, remarquable unanimité, c'est donc là qu'il faut attaquer, je refuse tout le reste en bloc