Loi Travail : les saisonniers bientôt mieux protégés ?

le , mis à jour à 08:16
11
Loi Travail : les saisonniers bientôt mieux protégés ?
Loi Travail : les saisonniers bientôt mieux protégés ?

Des étudiants, des chômeurs ou des actifs qui ont choisi ce style de vie... Chaque année, plus d'un million de personnes travaillent comme saisonnier, en contrat à durée déterminée. Ils pourraient, demain, être assurés de retrouver leur emploi la saison d'après.

 

Promulguée le 9 août après cinq mois de contestation et de bras de fer social, la loi Travail prévoit l'introduction de la reconduction automatique du CDD d'une année sur l'autre, en prenant compte de l'ancienneté. L'idée ? Améliorer la situation des travailleurs pour sécuriser un statut précaire.

 

Autre nouveauté : dans le cadre d'une expérimentation qui court jusqu'en 2019, les employeurs pourront proposer aux saisonniers des CDI intermittents — des contrats qui apportent des droits similaires aux CDI classiques — mais sans passer par des accords de branches. C'est le cas par exemple aujourd'hui dans l'hôtellerie-restauration.

 

Durement contesté pour son passage en force et l'usage du 49-3, cette fois le gouvernement n'imposera rien. Enfin presque. Les branches et les entreprises qui emploient le plus de saisonniers — l'agriculture, l'hôtellerie et la restauration en tête — doivent ouvrir des négociations dans les six mois. A défaut d'accord, une ordonnance sera prise par le gouvernement dans les neuf mois.

 

Reste que la mesure est loin de faire l'unanimité. Chez les syndicats d'abord. « C'est une fausse bonne idée, tacle Thierry Fustec, secrétaire de la Fédération CGT du commerce et des services, dont le syndicat appelle à manifester le 15 septembre contre la loi Travail. Sans aucun accord, les employeurs reprennent déjà les saisonniers avec qui cela s'est bien passé et inversement. Il y a d'autres problèmes plus urgents comme le temps de travail, la rémunération, le logement... C'est l'arbre qui cache la forêt. »

 

Chez les professionnels ensuite. Car si les besoins d'un restaurateur ou d'un hôtelier sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 il y a 4 mois

    Ce gouvernement a mis le bazar à tôut ce qu il a touché les saisonniers vous allez le voir à l usage e,corre une fausse mauvaise idée d Hollande

  • frk987 il y a 4 mois

    Les socialos ont entamé le processus avec les pommes et le fameux escabeau interdit aux moins de 18 ans (classé X l'escabeau), puis ce furent les cerises et maintenant la totalité de l'agriculture.

  • frk987 il y a 4 mois

    Le seul avantage c'est que les exploitations agricoles et vinicoles pourront fermer boutique face à la concurrence espagnole.

  • mucius il y a 4 mois

    Ca va augmenter les coûts pour les agriculteurs et donc leurs difficultés de concurrence. Bravo les nuls!

  • M6426934 il y a 4 mois

    LA FOLIE FRACAISE DE LA REGLEMENTATION ................QUI CREE LE CHOMAGE !!!!!!!!!!!

  • M5441845 il y a 4 mois

    La photo, c'est pour s'engager dans la Légion?

  • M5441845 il y a 4 mois

    Plus on est protégé et plus on a de chances d'être.... chômeur... A moins que ce ne soit l'inverse.

  • lorant21 il y a 4 mois

    La dernière fois qu'on a voulu "protéger" une profession comme les moniteurs de colo (35H), cela a tué les colos.. c'est devenu trop cher. L'équilibre est difficile à trouver.

  • BARIL22 il y a 4 mois

    faut aussi leur donner la nationalité française

  • vmcfb il y a 4 mois

    Une nouvelle usine à gaz..