Loi Travail : les manifs n'ont pas fait le plein mardi

le , mis à jour à 09:44
0
Loi Travail : les manifs n'ont pas fait le plein mardi
Loi Travail : les manifs n'ont pas fait le plein mardi

Mardi matin, dans les rues autour de l'Assemblée nationale et des Invalides, à Paris, à quelques heures du débat parlementaire sur la loi El Khomri, la tension était palpable : enfilade de camions de CRS, ribambelle de gendarmes mobiles, policiers en civil aux aguets, le portable collé à l'oreille.

A 9 h 30, un cortège du collectif Nuit debout a ouvert le bal en défilant autour de l'Assemblée nationale avant d'être refoulé et escorté par des CRS. Les syndicats, eux, ont lâché les ballons géants dans le ciel des Invalides aux couleurs de la CGT, FO, FSU Solidaires.

Entre 1 500 et 3 000 participants à Paris

Les militants ont ensuite été rejoints par un cortège de jeunes partis de Montparnasse, avec des slogans vengeurs contre le gouvernement et le patronat : « El Khomri au RMI. Pierre Gattaz au RSA. Bernard Arnault à l'échafaud. Bolloré au bûcher et Lagardère au cimetière. »

Mais la grande manifestation attendue a fait pschitt mardi. En début d'après-midi, les rares manifestants (3 000 selon les syndicats, 1 500 selon la préfecture) s'étaient déjà envolés comme une nuée de moineaux... « C'est vrai qu'il y a moins de monde que dimanche, reconnaît Amandine, jeune professeur des écoles. Mais on ne peut pas se mobiliser tous les jours. » « On n'a pas dit notre dernier mot, tente de positiver Sylvain, étudiant ingénieur. Ce n'est pas que contre la loi El Khomri que nous nous battons. C'est contre tout le reste : le mépris social, les violences policières, le cynisme politique... »

Ce n'est pas à Paris, ni à Rennes, Lille, Grenoble ou Strasbourg, mais à Nantes que les manifestations ont dégénéré mardi, après un affrontement entre opposants à la loi Travail et forces de l'ordre. Un gendarme a été blessé ainsi qu'un policier, dont le nez aurait été fracturé par une barre de fer. Des casseurs s'en sont également pris aux journalistes en les caillassant. Huit personnes ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant