Loi Travail : les casseurs éclipsent la mobilisation

le , mis à jour à 12:07
21
Loi Travail : les casseurs éclipsent la mobilisation
Loi Travail : les casseurs éclipsent la mobilisation

14 h 03 Les CRS chargent déjà. « Ça va péter, ça va péter », scandent joyeusement des cheminots. D'un coup, la manifestation bascule dans la violence. Vêtus de noir, quelques individus retournent une voiture. Pas vraiment une surprise. Depuis le départ, vers 13 heures place d'Italie (XIIIe), des centaines de casseurs remontent le cortège pour se positionner dans le premier tiers de la manifestation. « Il n'y aura jamais eu autant d'accessoires de ski sortis en plein mois de juin », ironise un militant FO en les observant avec leurs casques de snowboard, leurs masques et leurs passe-montagne.

14 h 47 Un manifestant s'écroule. Tandis qu'à l'arrière du cortège on scande « retrait, retrait de la loi El Khomri », à l'avant on jette des pierres sur les policiers qui répondent par du gaz lacrymogène. Une explosion. Un manifestant s'écroule. « Appelez les secours ! » hurle un jeune. « Police partout, justice nulle part », scandent des dizaines d'autres. La violence atteint un nouveau sommet. Epargnées jusque-là, les vitrines des magasins sont brisées les unes après les autres. Première ciblée, celle de la boutique Lancaster : « Je suis écoeurée, lâche Aurélie, en larmes, qui réside au-dessus du magasin. Je connais les salariés qui travaillent ici. »

 

15 h 30 Guérilla urbaine près de l'hôpital Necker. Les interpellations d'hommes mais aussi de jeunes femmes se multiplient. « Libérez nos camarades », hurlent les manifestants tandis que les policiers, au milieu d'une foule hostile, peinent à se dégager en emportant la personne menottée. Rue de Sèvres, les CRS bloquent les manifestants. Sur la vitrine d'un caviste on peut lire : « La France, son pinard, ses révolutions ». Le face-à-face tourne à la guérilla urbaine. A coups de marteau, de masse, de mini- piolet, le macadam des routes, les pavés des entrées d'immeuble, les devantures des magasins, les abribus, les panneaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbs013 il y a 6 mois

    @M8252219 : Malheureux, si ils faisaient ça, ils devraient alors électriser leurs collègues en civil qui cassent pour décrédibiliser la manifestation....et la vidéo permettrait de le prouver qui plus est !

  • M8252219 il y a 6 mois

    Il est indispensable d'équiper les forces de polices de tasers La Police nationale, la Gendarmerie Nationale et la police municipale sont les seules en Europe à avoir doté ses pistolets d’une caméra dite TASERCAM11, permettant un enregistrement (image et son) dès la mise en fonction de l’appareil. portée 7.5 mètres immobilisation immédiate du casseur et preuve de ses méfaits.

  • M8252219 il y a 6 mois

    POURQUOI LES TASER NE SONT PAS EMPLOYÉS La Police nationale, la Gendarmerie Nationale et la police municipale sont les seules en Europe à avoir doté ses pistolets d’une caméra dite TASERCAM11, permettant un enregistrement (image et son) dès la mise en fonction de l’appareil.

  • xk8r il y a 6 mois

    casseurs ou cgt ?

  • BARIL22 il y a 6 mois

    Il faut réouvrir le bagne de c-ay-enne et y mettre les casseurs, mais je crains que ça ne sera pas possible avec notre ministre de l’intérieur qui m’irrite par son calme irresponsable, il serait plus utile comme sacristain dans une église.

  • j.doury il y a 6 mois

    les médias éclipsent la mobilisation.

  • BARIL22 il y a 6 mois

    Il est urgent de réouvrir le bagne de c a--yenne

  • jbellet il y a 6 mois

    les hooligans russes pourraient se defouler avec les casseurs

  • pelochon il y a 6 mois

    Envoyer l'armée et tirer à vue, c'est pas compliqué bor del

  • dotcom1 il y a 6 mois

    Pouquoi Martinez s'en prend à un hôpital pour enfants malades? Leurs revendications égoïstes ne valent rien face à la santé d'un enfant.