Loi Travail : le maintien de l'ordre sous le feu des critiques

le , mis à jour à 09:43
3
Loi Travail : le maintien de l'ordre sous le feu des critiques
Loi Travail : le maintien de l'ordre sous le feu des critiques

La situation restait, lundi soir, bloquée entre pouvoirs publics et organisateurs, en témoigne la lettre de l'intersyndicale à Bernard Cazeneuve lui demandant de réviser sa décision d'interdire la manifestation du 23 juin. Cette impasse illustre les difficultés du maintien de l’ordre à la française, érigé en modèle, mais qui peine aujourd’hui à juguler les violences en marge des cortèges contre la loi Travail.

 

Ultra-sollicités depuis les premières manifestations il y a trois mois et demi (celle de jeudi sera la 10e du genre), CRS et gendarmes mobiles font face à une situation inédite de par son degré de violence et de par sa répétitivité. Il y a de la casse côté forces de l’ordre, directement visées, et aussi côté manifestants, l’IGPN (la police des polices) étant saisie d’une cinquantaine d’enquêtes.

 

La crainte d’une bavure

 

Le maintien de l’ordre relève d’une chorégraphie qui, pour être réussie, doit être impeccablement orchestrée. Aucune place pour les initiatives individuelles. Et justement, les syndicats de police donnent de la voix pour dénoncer les ordres reçus. Nicolas Comte pour Unité SGP-Police dénonce des situations « mal gérées » selon lui à Paris du fait d’une « absence de décision ». « Jeudi dernier, il a fallu attendre cinquante minutes avant l’intervention du canon à eau, renchérit Patrice Ribeiro, de Synergie-Officiers. C’est l’atermoiement qui domine. D’où ce sentiment de lassitude et d’abandon. »

 

« Les directives sont claires, affirme, au contraire, un opérationnel. Ce sont les situations qui le sont moins. Nous ne pouvons pas aller chercher des casseurs si des manifestants pacifiques se trouvent entre eux et nous. » La crainte d’une bavure est toujours présente qui, définitivement, mettrait à bas le modèle français acquis sur les barricades de Mai 1968.

 

« Le maintien de l’ordre, c’est avant tout de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pier4564 il y a 6 mois

    Loi et ordre! Suppression des financements publis aux syndicats hors la loi!

  • pouvillo il y a 6 mois

    Les journalistes de la radio RTL obsédés sexuels ?Peut-on considérer que bon nombre de journalistes et principalement la direction de la radio RTL comme des obsédés sexuels à la limite de l'esprit pervers ?

  • bern1616 il y a 6 mois

    quand on va dans une manif,faut pas se plaindre d'en prednre une dans la G!et c'est un ancien gendarme en retraite qui m'as dit çaperso je mettrais 12.7 en batteriequand à l'igpn ça me fait rigoler,les forces de l'odre doivent se laisser faire....