Loi travail : le gouvernement tente d'apaiser la colère des jeunes

le
1

Après les nouvelles manifestations de mardi, les organisations lycéennes et étudiantes sont reçues aujourd’hui par trois ministres.

Apaiser la colère des jeunes et en finir avec la contestation : alors qu’étudiants et lycéens sont à nouveau descendus dans la rue, mardi 5 avril, pour demander le retrait du projet de loi sur le travail, le gouvernement s’efforce de désamorcer leur opposition et d’engager le dialogue sur leur insertion professionnelle et leurs conditions de vie. Mercredi, trois ministres – éducation nationale, travail et jeunesse – reçoivent leurs principales organisations : celles des étudiants (UNEF et FAGE), et celles des lycéens, comme le Syndicat général des lycéens (SGL). « L’objet est surtout de les écouter, indique une source proche de la concertation, de discuter de leurs revendications. » Sans que l’on sache, à ce stade, sur quoi cela débouchera. Tout juste une rencontre avec le premier ministre est-elle prévue dans les jours qui suivent.

Pour le gouvernement, il est temps d’en finir. Alors que l’examen du texte défendu par la ministre du travail, Myriam El Khomri, a commencé à l’Assemblée nationale, la contestation est entrée dans sa cinquième semaine. Certes, les manifestants étaient, mardi, moins nombreux à Paris que les fois précédentes : moins de 3 500 selon la préfecture de police, contre environ 5 000 le 24 mars et 9 000 le 17 mars.

La tension, cependant, ne retombe pas, bien au contraire. De nombreux accrochages avec les forces de l’ordre et des violences ont encore émaillé les rassemblements de mardi. En région parisienne, une proviseure a été frappée et le hall d’un...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 8 mois

    C'est supprimer les charges sociales sur les salariés et les entreprises qui doit être fait. TOUS les français et d'autres en bénéficient ou en profitent TOUS doivent participer à sont financement.