Loi Travail : le gouvernement cible les organisateurs des manifestations

le , mis à jour à 08:36
5
Loi Travail : le gouvernement cible les organisateurs des manifestations
Loi Travail : le gouvernement cible les organisateurs des manifestations

Trop, c'est trop ! Accompagné de son conseiller sécurité, Manuel Valls, en déplacement en Nouvelle-Calédonie, a suivi les événements de près. « Je condamne les violences d'une MINORITE d'irresponsables, tweete ainsi le Premier ministre. Ils devront rendre des comptes devant la justice. Soutien aux policiers. » En écho à Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, depuis Lyon (Rhône), aligne lui les chiffres d'interpellations comme les petits pains : « 124 interpellations (pour la journée de jeudi) et 382 depuis le début des manifestations », égrène t-il sur un ton martial. Condamnant les violences avec « la plus grande fermeté », il promet lui aussi des « actions en justice » insistant sur le « respect de l'autorité de l'Etat ».

VIDEO. Violents affrontements place de la Nation

Mais face à une violence qui a franchi un nouveau cap, à Paris et en province, le gouvernement ne s'est pas contenté du classique exercice de la dénonciation d'une poignée de casseurs. Avant d'évoquer dans la soirée le bilan des événements avec le président de la République, Bernard Cazeneuve n'hésite pas à mettre sur la sellette les organisateurs des manifestations. Preuve que la tension monte d'un cran, le ministre de l'Intérieur leur a ainsi demandé solennellement de condamner avec la même fermeté que la sienne « les débordements ». Car, place Beauvau, on n'est pas loin de penser qu'hier les services d'ordre, notamment des centrales syndicales, n'ont pas fait leur boulot. « Voir des casseurs en début de cortège voulant en découdre sans même attendre la fin des défilés est plutôt inhabituel » , pointe-t-on au ministère. En clair, la CGT, l'UNEF et certains veilleurs de Nuit debout doivent stopper leurs campagnes respectives contre « les violences policières ».

A ce titre, la dernière affiche de la CGT montrant l'écusson des CRS accompagné d'une matraque avec, en fond, une tache de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 29 avr 2016 à 09:58

    La canaille profite de la faiblesse du gouvernement dont la première mission est de protéger les citoyens et les biens en faisant RESPECTER LA DÉMOCRATIE. Certains syndicats totalitaires en profitent pour attiser la haine et diviser la France .

  • a.lauver le vendredi 29 avr 2016 à 09:22

    L'état toujours prêt à accuser les autres de ses lacunes. C'est à lui de faire respecter l'ordre non?

  • dhote le vendredi 29 avr 2016 à 09:10

    Le gouvernement montre sa faiblesse et sa dépendance, pauvre France.

  • oban07 le vendredi 29 avr 2016 à 09:04

    il serait plus que temps d'agir avec ce tas de crét1

  • M898407 le vendredi 29 avr 2016 à 08:37

    Qu'attend il pour inculper la CGT d'incitation à la violence ?