Loi travail : Laurent Berger dénonce le « jeu de rôles » de la CGT et du gouvernement

le
3
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à Matignon le 11 janvier.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à Matignon le 11 janvier.

Dans un entretien, le patron de la CFDT estime par ailleurs que les blocages « viennent de salariés et d’agents qui ne sont pas concernés » par le texte.

Les blocages contre la loi travail « viennent de salariés et d’agents qui ne sont pas concernés » par le texte. C’est ce qu’affirme le secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), Laurent Berger, dans un entretien au Journal du dimanche, publié le 12 juin.

« Chacun prétend montrer ses muscles » Interrogé pour savoir pourquoi le conflit sur le projet porté par la ministre Myriam El Khomri n’est toujours pas terminé, l’homme qui a remplacé François Chérèque à la tête de la centrale syndicale en 2012, avance deux causes principales. La première : la version initiale du texte était « inacceptable », ce qui a généré un ressenti très négatif de la population à son égard. Ce dernier a perduré en dépit des évolutions, que le patron de la CFDT juge « en faveur des salariés ».

La seconde raison avancée par M. Berger : les postures dans lesquelles se sont engluées la Confédération générale du travail (CGT) et l’exécutif. « Nous assistons à un jeu de rôles où chacun prétend montrer ses muscles. Il y a d’un côté un gouvernement en difficulté et de l’autre une organisation syndicale qui a voulu refaire son unité. »

« Préconise le dialogue, mais hystérise la société » Le patron de la CFDT estime par ailleurs que la méthode adoptée par le gouvernement pour défendre le texte « fut très mauvaise » : elle n’a pas permis de donner le sens du texte. « Regardez où cela aboutit. Le projet de loi préconise le dialogue, mais il hystérise la société. Pierre G...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3866838 il y a 6 mois

    Si Hollande gagne en 2017,je ne serais pas surpris de le voir député, un peu comme le Martin d'Arcelor-Mittal..

  • aerosp il y a 6 mois

    Qui peut voter pour se syndicat qui fait de la régression sociale son mode de militantisme ; les dirigeants qui ont terminé leurs basses oeuvres sont ensuite remboursés de leur traitrise avec une place très bien rénumérée

  • phili646 il y a 6 mois

    La France, pays où l'état d'urgence est parait t'il en vigueur, est devenu en quatre ans le théâtre d'affrontements. CAVAMIEUX 1er nous avait promis une république apaisée, on voit le résultat !!!!