Loi travail : la vraie fausse ouverture de la CGT

le
1
Philippe Martinez, le 11 janvier 2016 à Matignon.
Philippe Martinez, le 11 janvier 2016 à Matignon.

Même en partie occultée par le dramatique attentat qui a coûté la vie à deux policiers en couple dans les Yvelines, la contestation de la loi travail devrait atteindre un nouveau pic, mardi, avec la journée de mobilisation nationale à l'appel des syndicats opposés au texte porté par Myriam El Khomri. Le patron de la CGT, Philippe Martinez, a promis une manifestation « énorme », « comme nous n'en avons jamais connu ».

LIRE notre dossier sur la loi travail.

Certains veulent croire que la manifestation de mardi sera le baroud d'honneur de la CGT, avant l'épuisement de la contestation. Nombreux sont les observateurs ayant souligné le changement de ton de Philippe Martinez, qui n'exige plus formellement le retrait du texte comme condition préalable à d'arrêt du mouvement. Reste à savoir si le patron de la CGT et la ministre du Travail, Myriam El Khomri, peuvent vraiment trouver un compromis qui leur permettrait de sortir et l'un et l'autre de leur bras de fer la tête haute. C'est loin d'être gagné.

Pas d'exigence de retrait, mais c'est tout comme

Philippe Martinez le répète depuis le début : s'il veut faire cesser la contestation, l'exécutif devra non seulement renoncer au fameux article 2, qui donne la priorité à l'accord d'entreprise sur l'accord de branche en matière d'organisation du travail, mais aussi à la réforme du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9897262 il y a 12 mois

    Mais quand va t'elle arrêter ses sourires niais sur les photos, il n'y a que cela qui l'intéresse ??