Loi Travail : la CFDT évoque la «volonté de dialogue» de Matignon

le , mis à jour à 16:44
5
Loi Travail : la CFDT évoque la «volonté de dialogue» de Matignon
Loi Travail : la CFDT évoque la «volonté de dialogue» de Matignon

Opération déminage pour le gouvernement. Le Premier ministre Manuel Valls a commencé à recevoir les syndicats ce lundi à Matignon mais les premières déclarations ne sont pas forcément à l'apaisement. «On est dans un bras de fer», a commenté Jean-Claude Mailly (FO) après son entretien avec le chef du gouvernement et les ministres du Travail, Myriam El Khomri, et de l'Economie, Emmanuel Macron.

«Nous contestons la logique même du projet de loi, qui tend à décentraliser la négociation collective au niveau de l'entreprise en mettant en cause les niveaux nationaux de négociation. Cela veut dire que c'est le modèle républicain au sens social qu'on est en train de casser», avait fait valoir Jean-Claude Mailly à son arrivée à Matignon, menaçant d'actions autres que celles déjà programmées les 9 et 31 mars. Philippe Martinez, numéro un de la CGT, avait lui prévenu à son arrivée qu'il réclamerait «le retrait» du projet.

Laurent Berger (CFDT) a été reçu pendant 1h30 avant la venue, côté patronat, de la CGPME à 16h30. A sa sortie le secrétaire général de la confédération syndicale a expliqué «avoir senti une volonté de dialoguer et de la gravité face à la situation du pays». «Il y a eu un dialogue mais pas de réponse car d'autres organisations syndicales vont être reçues. Nous n'avons pas entendu de détails sur la manière dont la loi allait évoluer» a regretté le représentant syndical.

Ces concertations se poursuivront mardi avec la CFE-CGC (cadres) et le Medef, et mercredi avec l'UPA (artisans) et l'Unsa, avant une réunion plénière le 14 mars.

Du côté du gouvernement, on a voulu jouer la carte du dialogue après cette première série d'entretiens. «Nous avons eu des débats francs et constructifs avec le CFTC, FO et la CFTC», a commenté Myriam El Khomri alors qu'Emmanuel Macron a lui évoqué «une phase d'écoutes».

Valls a évoqué dimanche des «améliorations» 

Au coeur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 11 mois

    Bientôt ce sera l'annonce des "journées d'action". On rigole bien avec la gôche.

  • M9941825 il y a 11 mois

    Les syndicats de salariés défendent les indemnités prudhommales comme le patronat défend sa retraite chapeau !!!!

  • m1234592 il y a 11 mois

    Ce gvt est un spécialiste des écoutes en tous genres tout comme l'était le mithe errant

  • mxnagg il y a 11 mois

    Meme en supprimant le code du travail, en mettant les Salaires a Zero et en renvoyant les enfants dans les mines a partir de 7ans. ca ne ferrait pas baisser le Chomage ! Ils comprendront Jamais qu'ils y a pas d'emploi point barre

  • M4314275 il y a 11 mois

    Ce n'est pas le rôle du PS de réformer le code du travail. Vous ne devez pas renier votre appartenance au parti qui vous a permis de vous faire élire. La droite n'a pas eu le courage de le faire alors qu'elle a détenu la présidence de 1995 à 2012. Comme elle n'a pas eu le courage d'abroger le loi des 35 heures. Que cette dernière fasse le travail que le Medef attend d'elle.