Loi travail : fermeture administrative de l'université Rennes 2

le
0
Loi travail : fermeture administrative de l'université Rennes 2
Loi travail : fermeture administrative de l'université Rennes 2

Le président de l'université Rennes 2 (sciences humaines et sociales) a annoncé jeudi la fermeture administrative de l'université, jusqu'à samedi, après le blocus voté pour jeudi, la veille, lors d'une assemblée générale d'étudiants dans le cadre de leur lutte contre la loi travail.

"D'un commun accord avec l'équipe de direction et la direction générale des services, j'ai décidé la fermeture administrative des campus Villejean et La Harpe du jeudi 7 avril au samedi 9 avril 2016, inclus", dernier jour de cours avant les vacances de printemps, informe le président de Rennes 2, Olivier David, dans un communiqué.

"Confrontés au blocage de l'université voté par l'AG étudiante d'hier (mercredi NDLR), nous constatons l'impossibilité d'assurer le fonctionnement normal de l'établissement", dit M. David.

"Les dernières décisions de l'AG étudiante ne permettent plus de garantir la sécurité des biens et des personnes", ajoute-t-il.

La direction informe qu'elle s'engage "à étudier toutes les possibilités" pour qu'aucun étudiant ne soit pénalisé par l'absence des enseignements et des examens. Des partiels étaient prévus en cette fin de semaine.

Les épreuves repoussés

Les épreuves seront reportées après les vacances, précise-t-on à l'université. L'établissement doit rouvrir le 18 avril.

L'université Rennes 2 a été à la pointe de la contestation étudiante de la loi travail. De nombreuses manifestations y ont été organisées, donnant lieu à des face-à-face tendus avec les forces de l'ordre, notamment à l'occasion d'occupations des voies ferrées.

Celles-ci ont contraint la SNCF à interrompre le trafic à trois reprises, en trois semaines.

Les réactions des étudiants sur twitter

C'est bien, on passe pour des gros branleurs et le pire c'est que je suis d'accord. Le mouvement étudiant commence à me les briser #Rennes2— L.Heaven ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant