Loi Travail : et de onze manifs... avant une douzième annoncée

le , mis à jour à 11:59
2
Loi Travail : et de onze manifs... avant une douzième annoncée
Loi Travail : et de onze manifs... avant une douzième annoncée

Quatre mois de mobilisation et onze journées de mobilisation nationale n'ont pas épuisé le noyau dur des manifestants anti-loi Travail... A la veille d'une rencontre entre Manuel Valls et les syndicats, les défilés ont donné le la de la détermination des opposants toujours prêts à en découdre. Comme lors des défilés du 23 juin, la CGT a compté hier près de 200 000 personnes dans toute la France. Les compteurs des autorités font quant à eux état de 64 000 personnes, un chiffre là encore proche de celui du 23 juin, où ils en avaient dénombré 70 000. Essoufflement ou pas, vacances ou pas, le point final de ce feuilleton n'est pas écrit. Le 5 juillet, rebelote, on prend les mêmes et on recommence : l'intersyndicale a déjà envoyé les invitations pour une nouvelle journée de grève et de manifestation dans toute la France.

 

A Paris, la manif — qui a rassemblé entre 15 000 et 55 000 personnes selon les sources — avait un air de déjà-vu. Toujours le même slogan : « Retrait, retrait de la loi El Khomri ! 49-3 ou pas, on n'en veut pas ! » En tête de cortège les leadeurs des sept confédérations syndicales en ont profité pour passer les derniers messages à Manuel Valls à la veille d'une rencontre. « J'avais demandé des bilatérales. Si c'est pour nous dire que rien ne change sur l'article 2 notamment ça ne servira pas à grand-chose ! » prévient Jean-Claude Mailly (FO). « On peut espérer que les différentes journées de mobilisation vont permettre de ramener le gouvernement à la raison », ajoute à son tour Philippe Martinez (CGT).

 

Comme le 23 juin, dès le début du rassemblement allant de la place de la Bastille à la place d'Italie, quelque 2 500 CRS et policiers attendaient des manifestants remontés contre un dispositif jugé disproportionné. Fouilles systématiques tout au long du trajet, barrages filtrants, quadrillage des rues adjacentes... la préfecture de police n'avait pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gl060670 il y a 8 mois

    encore !!

  • L47fr il y a 8 mois

    tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais !! continuez les gars, après l'agacement, les français vont vous trouver pathétiques. On va bientôt monter un CGTHON.