Loi Travail et 49.3 : les frondeurs échouent à déposer leur motion de censure

le , mis à jour à 18:24
5
Loi Travail et 49.3 : les frondeurs échouent à déposer leur motion de censure
Loi Travail et 49.3 : les frondeurs échouent à déposer leur motion de censure

Refusant de voter la motion des Républicains et de l'UDI, les députés PS frondeurs ont cherché « tous les moyens », ce mercredi, pour déposer une motion de censure « des gauches et des écologistes » contre le gouvernement, assurait dans la matinée leur chef de file Christian Paul à l'issue d'une réunion collective de près de deux heures. Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Yann Galut (courant La Fabrique au sein du PS), ou bien encore Jean-Luc Laurent (MRC) y assistaient. Aucun aubryste ne s'y est montré.

Cette motion, expliquait le député de la Nièvre doit répondre à « la violence démocratique » du 49.3 et « la violence que représente pour les salariés français la perspective d'une loi travail qui affaiblirait les protections ».

Mais peu après 16 heures 30, Laurent Baumel annonçait qu'il manquait deux signatures, sur les 58 (soit 10% du nombre de députés) qu'il fallait réunir d'ici à 16h35, heure limite de dépôt d'une motion de censure, 24 heures juste après l'annonce du Premier ministre, Manuel Valls, d'engager la responsabilité de son gouvernement. Les noms de tous les signataires ont été publiés en fin d'après-midi.

Outre les frondeurs du PS, la liste comporte des élus écologistes comme Cécile Duflot ou Sergio Coronado mais aussi des élus communistes comme André Chassaigne ou Marie-Georges Buffet. Plus surprenant, le député Thomas Thévenoud, non apparenté, ou le centriste Jean Lasalle.

Voici la liste des 56 signataires de la "motion de censure virtuelle" par @christianpaul58 #LoiTravail pic.twitter.com/KD4gEpoFuE— Stéphane GRAND (@Stephane_Grand) May 11, 2016

Seul le vote d'une motion de censure de droite peut désormais empêcher que soit adopté par l'Assemblée le projet de loi Travail défendu par la ministre Myriam El-Khomri. 

« Il en manque quelques unes », affirmaient encore peu après 14 heures l'élue écologiste Marine Tondelier, assistante ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 7 mois

    Pas des frondeurs mais des focus ce genre d'individus

  • frk987 il y a 7 mois

    Quand je ne cesse de dire que la gamelle est trop bonne pour oser......

  • alain..c il y a 7 mois

    Retenez moi ou je fais un malheur..... pauvre France

  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Décidément ils sont mauvais en tout.

  • bordo il y a 7 mois

    Observez la belle tête de vainqueur de ce monsieur. Le connaissiez-vous avant ? Non. En entendrez-vous parler après ? Encore moins. Après les législatives de 2017 ? Soyons sérieux. Il se moque bien des grands principes, il veut exister, être courtisé par les médias et sûrement pas serrer des mains moites dans sa circonscription. L'intérêt national ? Il ne sait pas ce que c'est. Voter la censure ? Pour perdre une aussi bonne place ? Il ne votera une motion que si il la sait vouée à l'échec.