Loi Travail et 49-3 : «Etre à l'écoute, ce n'est pas être à l'arrêt», lance El Khomri

le , mis à jour à 09:03
6
Loi Travail et 49-3 : «Etre à l'écoute, ce n'est pas être à l'arrêt», lance El Khomri
Loi Travail et 49-3 : «Etre à l'écoute, ce n'est pas être à l'arrêt», lance El Khomri

Au lendemain de l'annonce par le gouvernement de l'utilisation du 49-3 pour faire passer la loi Travail, la ministre Myriam El Khomri défend ce choix ce mercredi matin. Les opposants au texte, eux, ne décolèrent pas.

«L'utilisation du 49-3 n'est ni inédite, ni illégitime», assure Myriam El Khomri. Sur France Info, la ministre défend toute idée de déni démocratique et de passage en force. «Si le gouvernement avait renoncé, avait accepté que 10% des députés socialistes dénaturent le texte, c'est ça qui aurait été antidémocratique», assume-t-elle. Selon elle, «la démocratie, ce n'est pas l'impuissance c'est aussi la force des convictions». Myriam El Khomri insiste pour dire qu'il «y a eu des débats, mais être à l'écoute, ce n'est pas être à l'arrêt». La ministre du Travail rappelle qu'il y avait des «amendements pour enrichir le texte» et que le gouvernement ne fait pas passer son texte initial mais celui qui a évolué avec les discussions, preuve selon elle que des critiques ont été entendues. 

Alors que des députés socialistes frondeurs réfléchissent à voter la motion de censure contre le gouvernement, Myriam El Khomri s'agace, jugeant «inconcevable» que des députés socialistes «puissent dérouler le tapis rouge à la droite».  

«Il n'y avait pas de volonté de trouver un accord» de la  part des frondeurs, assure Stéphane Le Foll. Le porte-parole du gouvernement, sur i>Télé, rend responsable certains députés socialistes de l'utilisation du 49-3. Selon lui, tout a pourtant été fait pour trouver un accord : «le débat est légitime, on aurait pu trouver des solutions». Stéphane Le Foll souligne que ceux qui ne veulent pas «pas de cette loi, sont d'un côté le Medef qui veut toujours plus et qui ne veut pas du compte personnel d'activité et ceux qui pensent qu'on fait trop de cadeaux au Medef». Mais, dénonce-t-il, «à part dire, on ne veut pas, que font-ils ? Ils ne proposent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 7 mois

    La légitimité n'est pas du côté de MOU DU GENOUX 1er, qui avec l'inversion des normes reprend exactement une des mesures du programme de Sarkozy en 2012, il vaut toujours mieux l'original à la copie !!!

  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Dans cette loi le fait qu'une société puisse organiser un référendum entre tous ses travailleurs quand les syndicats bloquent tout ce n'est rien ? En tous cas c'est un bon début. Je prends.

  • M999141 il y a 7 mois

    l'echec est plus ce qu'est devenu cette loi que l'utilisation du 49-3. Maintenant, les gesticulations ne servent qu'à nier l'échec du gouvernement.

  • frk987 il y a 7 mois

    Oh STOP dans le délire, il ne RESTE RIEN dans cette loi......

  • wanda6 il y a 7 mois

    " L’état c’est nous " !

  • M4189758 il y a 7 mois

    Pi - quand on se rend compte des multiples blocages des français concernant l'économie et le social le 49.3 n'est pas un aveu d'échec mais une sortie par le haut pour continuer à gérer un pays. Tout le monde devrait se réjouir que la constitution française ait prévu ce cas d'espèce. La France a tout pour réussir!