Loi Travail, enfin la quille !

le , mis à jour à 08:54
1
Loi Travail, enfin la quille !
Loi Travail, enfin la quille !

Clap de fin sans baroud pour la loi Travail. Après une nuit de débats houleux sur la prolongation de l'état d'urgence, une séance de questions au gouvernement consacrée au carnage de Nice, le texte El Khomri a été adopté sans bruit, et sans vote, à l'Assemblée nationale hier après-midi, dans un hémicycle clairsemé. Manuel Valls a, pour la troisième fois, sorti l'arme 49-3. Si, comme attendu, aucune motion de censure n'est déposée avant 16 h 30 aujourd'hui, le projet de loi Travail sera définitivement adopté. Un épilogue à des lieues du vacarme provoqué par le texte cinq mois durant. Retour sur ce feuilleton.

Des débuts difficiles... Lorsqu'il découvre, mi-février, le document de travail du gouvernement dans notre journal, le rapporteur du texte, Christophe Sirugue (PS), n'en revient pas. « On s'est dit : D'accord, ça commence bien... », raconte un élu. Le député de Saône-et-Loire n'est pas frondeur, mais son sang ne fait qu'un tour. Il est cueilli à froid par les mesures. « Pris séparément, tous les sujets ont fait l'objet de négociation sauf l'article sur le licenciement économique », se défend-on en haut lieu. Soupir d'un hollandais : « Pourquoi se retrouve-t-on dans cette situation ? Parce qu'il aurait dû y avoir une loi Macron 2... » Myriam El Khomri doit héberger les mesures sur le plafonnement des indemnités prud'homales et le périmètre du licenciement économique. La ministre du Travail, qui se sait attendue au tournant, martèle sa volonté de dialogue. Mais alors que ça barde, Manuel Valls reprend la main. C'est à Matignon qu'est discutée la 2e version du texte. A Matignon que se noue l'accord avec la CFDT de Laurent Berger.

Le bras de fer Valls-Martinez. Depuis longtemps le ton monte entre la CGT et Matignon. Mais en cette matinée du 15 juin, le Premier ministre muscle son jeu. Il appelle la CGT à sortir de son « attitude ambiguë » à l'égard des casseurs. Matignon détient des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 5 mois

    Bravo monsieur Valls, vous avez bien résisté devant les syndicats trotskistes, habitués à des victoires faciles.