Loi travail : des permanences parlementaires vandalisées

le
0
Un manifestant lance des pierres sur la police pendant une manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016.
Un manifestant lance des pierres sur la police pendant une manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016.

Matériel dégradé, vitrines brisées ou taguées, lieux illégalement occupés... Les actes de vandalisme visant des permanences parlementaires socialistes se multiplient en ces jours de mobilisation contre la loi travail. Une vingtaine de locaux appartenant au Parti socialiste ont été saccagés depuis l'annonce de l'utilisation de l'article 49.3 par le gouvernement.

« La colère est légitime »

Dernière dégradation en date : le local du PS au Havre a été saccagé jeudi, selon la préfecture, au passage d'une manifestation contre la loi travail qui a rassemblé 1 600 personnes selon la police, 2 500 selon les syndicats. La porte d'entrée du local a été défoncée, une dizaine de personnes sont entrées, de nombreuses vitres à l'intérieur ont été cassées, plusieurs tables renversées et des armoires vidées, a constaté une correspondante de l'Agence France-Presse. Le petit groupe a été délogé par les forces de l'ordre avec des gaz lacrymogènes.

« Il était juste prévu qu'on bombe (tague, NDLR) 49.3 (sur la façade). Le saccage, on ne cautionne pas. Mais la colère est légitime, car on est dans un pays démocratique, on ne doit pas utiliser le 49.3 comme ça », a déclaré Reynald Kubecky, cosecrétaire général de l'union locale CGT à la correspondante de l'Agence France-Presse.

« Écoeuré », a tweeté de son côté Matthieu Brasse, secrétaire de la section ...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant