Loi Travail : des manifestants ont bloqué l'accès à deux terminaux de Roissy-CDG

le
0
Loi Travail : des manifestants ont bloqué l'accès à deux terminaux de Roissy-CDG
Loi Travail : des manifestants ont bloqué l'accès à deux terminaux de Roissy-CDG

Des opposants à la Loi Travail se sont rassemblés ce mardi matin à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, bloquant l'accès au terminal 2F. La CGT, FO et SUD-Aérien avaient appelé les salariés de la plateforme de Roissy Charles-de-Gaulle à faire grève et à manifester devant l'aéroport pour le retrait du projet de loi travail, selon un texte commun diffusé mardi.

Des salariés de la plateforme aéroportuaire, agents d'entretien, d'accueil ou de sécurité, se sont rassemblés vers 09H30 avant de marcher en cortège vers les accès routiers des terminaux 2E et 2F, qu'ils ont commencé à bloquer vers 10H15. Le terminal 2E a été débloqué à 11 heures.

Certains manifestants ont publié des photos sur le réseau social twitter.

 

Ça bloque bien à #ROISSY ! On continue jusqu'au retrait ! #LoiTravail #onbloquetout pic.twitter.com/PJIKAHpmZB

— SolidairesEtudiantEs(@solidairesetu) June7, 2016

 

En ce moment Roissy-CDG. @lacgtcommunique @afpfr @Europe1 @RMCinfo @itele https://t.co/VpvHMnEw8S

— URIFCGT (@urifcgt) June7, 2016

«Bravo! Nous avons bloqué pendant plus d'une heure le terminal de l'aéroport, c'est une grande victoire», s'est félicité un militant devant les manifestants, réunis en assemblée dans l'aérogare. Serge Nybelen, secrétaire général de l'union locale CGT Roissy, a justifié ce blocage, estimant que «la situation des salariés est déjà dégradée et ça va encore empirer». «Le projet de loi El Khomri, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase», a-t-il ajouté.

«C'est le gouvernement et Hollande qui ont agressé les salariés et qui tentent de passer en force», a-t-il argumenté. Et de prévenir: «Maintenant on nous fait le coup de la coupe d'Europe, mais on va continuer à mobiliser sur la plate-forme». Près de lui lors du blocage, un délégué CGT Air France, arborant un T-shirt frappé des prénoms des cinq salariés d'Air France poursuivis pour violences dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant