Loi Travail : ce qui change dans la nouvelle version présentée par Valls

le , mis à jour à 19:55
5
Loi Travail : ce qui change dans la nouvelle version présentée par Valls
Loi Travail : ce qui change dans la nouvelle version présentée par Valls

Manuel Valls a rendu sa copie. Le Premier ministre a présenté ce lundi une version «corrigée» du très contesté projet de loi Travail aux partenaires sociaux. Alors que l'avant-projet de loi, dévoilé dans notre journal le 17 février, a provoqué une levée de bouclier, le chef du gouvernement y voit «un nouveau départ». Il l'assure, la «nouvelle phase de concertation» a permis «d'enrichir, d'améliorer, d'approfondir cette réforme».

QUESTION DU JOUR. Loi Travail : les concessions du gouvernement vont-elles suffire à calmer la rue ?

«Dialoguer, dans une démocratie, ce n'est ni reculer, ni s'arc-bouter», plaide le chef du gouvernement, selon lequel «la société française a besoin de compromis efficaces». «Cette réforme, ce n'est pas celle d'un camp contre un autre. Ce n'est pas servir tel ou tel intérêt partisan. C'est dépasser les intérêts particuliers», insiste-t-il, appelant à mesurer «le chemin parcouru». Et de conclure en estimant que «cette loi, c'est faire la preuve que la France peut se transformer sans se fracturer».

>> Ce que contient la nouvelle version du texte:

Indemnités prud'homales. Le barème qui devait plafonner de façon impérative les indemnités prud'homales, une des mesures-phare du projet de loi travail, sera seulement «indicatif». Selon le chef du gouvernement, ce barème «sera une aide pour les juges prud'homaux, mais pas un carcan».

Licenciement économique. Les critères justifiant un licenciement économique restent les mêmes que dans le texte initial, notamment les quatre trimestres consécutifs de baisse du chiffre d'affaires et les deux trimestres consécutifs de perte d'exploitation. Mais dans la nouvelle mouture du texte, le juge pourra vérifier que les multinationales n'organisent pas artificiellement leurs difficultés économiques sur le territoire français pour licencier. S'il est établi que les difficultés financières ont été organisées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 12 mois

    Aucun intérêt car de toute façon il ne se passera rien et ce texte finira aux oubliettes dans quelques mois.... Quel bilan pour ce président !

  • Lilith7 il y a 12 mois

    Pauvre pays qui est le notre ..ou des gens qui n'ont jamais travaillé font des lois pour ceux qui travaillent en suivant l'avis de gens qui ne travailleront jamais ...

  • yanni122 il y a 12 mois

    C'est qui l'éléphant ? Un gars du PS ?

  • yanni122 il y a 12 mois

    ça va lui élargir .... à la souris qui va accoucher d'un éléphant

  • M4314275 il y a 12 mois

    L'éléphant va accoucher d'une souris.