Loi Travail : «Ça va se jouer dans la rue...», prévient Philippe Martinez

le , mis à jour à 08:41
16
Loi Travail : «Ça va se jouer dans la rue...», prévient Philippe Martinez
Loi Travail : «Ça va se jouer dans la rue...», prévient Philippe Martinez

C'est l'impasse. Mercredi, le Premier ministre Manuel Valls a reçu les organisations syndicales, sur la loi El Khomri. Et, pour tenter de trouver une issue au conflit qui dure depuis quatre mois, le gouvernement leur a présenté deux modifications du texte de loi. S'il n'est pas question de revenir sur le fameux article 2, qui donne la primeur des accords d'entreprise sur les accords de branche (temps de travail, déclenchement des heures supplémentaires etc.), le gouvernement dit être prêt à y mettre des garde-fous. Ainsi, la pénibilité et l'égalité professionnelle ne seront négociées qu'au niveau de la branche. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, considère ces avancées « largement insuffisantes ». Interview.

 

François Hollande affirme, une nouvelle fois, dans une interview aux « Echos » publiée ce jeudi, qu'il ne touchera pas à l'article 2. Il n'écarte pas non plus de recourir au 49.3. Qu'en pensez-vous ?

PHILIPPE MARTINEZ. Ce n'est pas un scoop. Comme son Premier ministre, le président de la République n'écoute pas le peuple. Pour le 49.3, on peut entendre qu'il se trompe une fois. Mais deux, ça confirme que lui et son gouvernement sont bien éloignés de la vie des citoyens et des travailleurs. Ils ne veulent pas trouver de solutions. Face à un tel mur, comme souvent, ça va se jouer dans la rue.

 

Le gouvernement a commencé à adapter sa loi. Y voyez-vous l'effet de votre mouvement ?

Evidemment. Le gouvernement peut dire ce qu'il veut, mais la mobilisation pèse et l'a obligé à lâcher du lest. Ce qui est pris, n'est plus à prendre. Manuel Valls recule petit à petit. Mais nous sommes encore très loin du compte. Manuel Valls ne peut pas faire comme si rien ne se passe dans le pays. L'opinion publique est clairement défavorable à ce texte. La question de la hiérarchie des normes (NDLR : le fameux article 2) demeure. Nous avons redit au Premier ministre qu'il y avait un risque de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 il y a 7 mois

    encore une loi imposée par l'UE (ce qu'on nous dit pas mais suffisant pour notre gouvernement à recourir au passage en force, sans débat parlementaire)... petit peuple, baissez votre froc et priez! certains pourront aussi passer sous le bureau s'ils espèrent pouvoir vivre, ne serait ce qu'en collocation!! car on le sait, c'est l'UE des technocrates, des lobbies et de la démocratie bafouées (les eurodéputés sont élus démocratiquement bien sur!).

  • M8637171 il y a 7 mois

    M140... Non il font partis des milliers de permanents syndicaux et des partis de gauche payés par notre labeur et nos impôts.

  • M8637171 il y a 7 mois

    Bibas. il faut ajouter aux vrais travailleurs que j'ai cités les investisseurs, les créateurs de société et les développeurs de sociétés, ....

  • M8637171 il y a 7 mois

    Suite.... mais on pille ces vrais travailleurs pour nourrir des parasites : fonctionnaires des collectivités, agent de la sncf et de la ratp, quelques fonctionnaires du régalien et des parasites devenus virus : nombreux élus et fonctionnaires de certaines agences qui détruisent l'état.

  • M8637171 il y a 7 mois

    bibas. C'est en parti vrai ce que vous dites. Les conditions à la chaine étaient très difficile il y a une centaine d'années. on peut aussi ajouter que ces travailleurs faisaient vivre pas mal de monde. mais aujourd'hui ? le travail à la chaîne a quasiment disparu en France et s'estompent dans le monde. Ceux qui produisent les richesses sont avant des travailleurs qualifiés, ouvriers hautement qualifiés, techniciens, ingénieurs, infirmières, médecin, juristes, pharmacien de labo et d'officine, .

  • M8637171 il y a 7 mois

    jeancoq ! Staline ? heureusement nous sommes encore un peu en état de droit. Mais il devient de plus en plus évident que Martinez et certains de ces proches n'ont jamais abandonné la dictature du prolétariat. cette dictature est reprise à une sauce nouvelle. Ce sont les syndicats qui décident en accords de branche et en accords nationaux de quasiment tout ce qui se fait en entreprise. Sinon on bloque la France et on détruit son économie !

  • Cambio17 il y a 7 mois

    Il n'a rien compris les Français en on ras le bol des grèves et des privilégiés... La CGT c'est le Cancer général du Travail, F.O. Farces Ouvrières !

  • M8637171 il y a 7 mois

    La CGT, si je comprend bien est contre l'article 2. Or un sondage harris paru dans le parisien et repris par l'IFRAP a posé la question très précise : êtes vous pour que les salariés décident, pour leur condition de travail, avec la direction dans les entreprises ou bien par accord de branche. la réponse est à 61% pour que les salariés décident avec leur direction.

  • bibas1 il y a 7 mois

    Il est vrai que si l'on travaille globalement dans un burlingue toutes catégories confondues, dans des professions libérales, dans l'enseignement, dans la fonction publique, en étant un patron (petit ou pas), etc., on peut comprendre les commentaires ci-dessous. Mais quid des gens à la chaine toute la journée, au rendement dans toutes les conditions, usées par le travail à 50 ans? Car en fait, c'est bien de cela qu'il s'agit, car ce sont eux qui nourrissent tout le monde. Pas des autres !

  • dotcom1 il y a 7 mois

    Ca va se jouer au camping plutôt.