Loi Travail : bluff et pressions à l'Assemblée

le
0
Loi Travail : bluff et pressions à l'Assemblée
Loi Travail : bluff et pressions à l'Assemblée

« Retrait total... Grève générale. » Mardi, alors que les mégaphones syndicaux résonnent sous les fenêtres des députés, Myriam El Khomri, toute de noir vêtue, est descendue dans l'arène parlementaire. Objectif : essayer de sauver son texte contesté d'un naufrage.

A l'intérieur du Palais-Bourbon cerné de CRS, c'est l'ambiance des grandes veillées d'armes. Jusqu'au 17 mai, les députés devront examiner 5 000 amendements. Même le serveur interne de l'Assemblée n'a pas supporté la pression et a buggé durant le week-end ! Comme en 2015 pour la loi Macron, le spectre du 49-3 hante les esprits. François Hollande, qui a été parlementaire et connaît les effets dévastateurs du 49-3 sur les députés, ira-t-il jusque-là au risque de sacrifier un peu plus son aile gauche ? Ou bien le texte sera-t-il encore expurgé de ses dispositions les plus contestées ?

« Culpabiliser les hésitants »

En attendant, la fronde s'organise à gauche. Le groupe communiste a pondu 2 500 amendements. Les socialistes eux-mêmes (surtout les frondeurs) en ont rédigé 1 400. « Le droit d'amendement est l'un des rares pouvoirs qu'il nous reste. Il faut en user sans modération », sourit l'un d'eux. Dans les coulisses, les petites pressions entre amis s'exercent comme à chaque fois qu'il faut sauver le soldat Hollande. Les relais de l'exécutif organisent les tensions, soignent la mise en scène. « Dire qu'il manque 40 voix à la majorité comme l'a fait Christophe Sirugue (NDLR : le rapporteur PS du texte) participe d'une dramatisation volontaire. C'est du bluff. Ils n'en savent rien, mais cela culpabilise les hésitants », décrit l'ex-frondeur PS Pouria Amirshahi qui a claqué la porte du groupe. Et d'insister : « Tel collègue va se voir reprocher son manque de loyauté, on va lui dire qu'il risque de faire trébucher le président, lui rappeler combien il est redevable au gouvernement et au pire l'inviter à penser aux prochaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant