Loi sur le renseignement : un texte «utile» mais qui inquiète les Français

le , mis à jour à 20:42
1
Loi sur le renseignement : un texte «utile» mais qui inquiète les Français
Loi sur le renseignement : un texte «utile» mais qui inquiète les Français

Manuel Valls est venu lui-même défendre le texte devant l'Assemblée nationale. Si une majorité de Français est favorable à la loi sur le renseignement présentée lundi par le Premier ministre, ils sont 68% à penser qu'elle remet en cause le respect de leur vie privée.

Selon un sondage Odoxa pour «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» et iTélé, 69% des personnes interrogées* pensent en effet que le texte est «utile» mais craignent, dans la même proportion, des restrictions de liberté. En clair, ils se disent prêts à accepter un renforcement des mesures sécuritaires, quitte à y perdre un peu de leur liberté personnelle.

Dans le détail, 30% seulement des personnes interrogées jugent inutile cette loi qui doit permettre de mieux anticiper certains actes terroristes, notamment ceux préparés via Internet, ainsi que les enrôlements de jihadistes français.

Par ailleurs, la question dépasse les clivages politiques. Selon l'enquête Odoxa, 69% des sympathisants de droite jugent la loi utile, c'est aussi le cas 73% des sympathisants de gauche. Et quand on leur demande s'ils craignent que la loi renseignement porte atteinte à leur vie privée, là encore le résultat est similaire à droite (44%) et à gauche (46%). Dans l'ensemble, les Français pensent à 45% que ce texte représente un danger contre 54% qui pensent l'inverse.

Le projet de loi Renseignement définit l’autorisation et le contrôle de l’utilisation de certaines techniques d’espionnage (écoutes, pose de caméras ou de logiciels espions, accès aux données de connexion…) Il a suscité la polémique lors de son examen à l’Assemblée nationale, cette semaine, une partie de la gauche et aussi de la droite accusant le texte d’être liberticide. Mais au-delà des critiques, le projet de loi devrait être voté par une large majorité des députés le 5 mai.

«Cet arbitrage consiste à assumer d’avoir moins de liberté en pensant que cela sera utile ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le samedi 18 avr 2015 à 00:11

    La photo résume bien le fond du problème et c'est vrai que tout le monde devrait faire attention à ce qu'il dit vis à vis de ce GvT d'excités qui maintenant aura tous les pouvoirs pour traquer les opposants à leurs idéologies !!!