Loi sur la prostitution : Touraine accuse les sénateurs de «régression»

le
0
Loi sur la prostitution : Touraine accuse les sénateurs de «régression»
Loi sur la prostitution : Touraine accuse les sénateurs de «régression»

Marisol Touraine est en colère contre les sénateurs de droite qui, lundi soir, ont adopté une loi sur la prostitution bien amoindrie par rapport à celle votée en 2013 par les députés. La ministre des Affaires sociales a jugé ce mardi «invraisemblable et régressif» de la part des parlementaires de la chambre haute d'avoir «renoncé à la pénalisation des clients» de prostituées. La socialiste s'est également insurgée contre le rétablissement du délit de racolage.

«Ce qui s'est passé cette nuit est absolument incroyable et méprisant à l'égard des femmes», a estimé Marisol Touraine sur France 2. Le Sénat a supprimé la pénalisation des clients et rétabli le délit de racolage, lors de l'examen d'une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution. Le texte prévoyait d'abroger le délit de racolage et d'instaurer en contrepartie la pénalisation des clients.

«C'est vraiment la double peine»

Selon la ministre, la nouvelle version du texte fait «des prostituées non pas des victimes mais des coupables». «C'est vraiment la double peine et ça, c'est la régression», a-t-elle insisté. En charge des Droits des Femmes, elle a affirmé vouloir «clairement» réintroduire la pénalisation des clients lors du retour du texte à l'Assemblée nationale. En cas de désaccord entre les deux chambres, les députés auront le dernier mot.

VIDEO. Touraine : «C'est vraiment la double peine»

Les 4 vérités du 31/03/2015

«La suppression des mesures de responsabilisation des clients nous prive d'un outil majeur pour faire reculer la demande et donc la prostitution», a ensuite précisé Marisol Touraine dans un communiqué. Elle a rappelé que «plusieurs dizaines de milliers de femmes, mais aussi d'hommes, mineurs et majeurs, sont maintenus sous la coupe (des) réseaux» internationaux de traite des êtres humains, «par la violence, le chantage, la tromperie».

La veille déjà, l'ancienne ministre des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant