Loi sur la prostitution : deux manifestations devant l'Assemblée pendant les débats

le
1
Loi sur la prostitution : deux manifestations devant l'Assemblée pendant les débats
Loi sur la prostitution : deux manifestations devant l'Assemblée pendant les débats

C'est une proposition de loi qui fait débat et divise, au sein des partis politiques comme dans l'opinion. Le texte visant notamment à sanctionner les clients de prostituées arrive ce vendredi après-midi en séance à l'Assemblée, où le débat s'annonce cependant un peu moins enflammé qu'à l'extérieur. Seuls les écologistes et une poignée de députés UMP défendront dans l'hémicycle la suppression de la disposition la plus controversée, celle qui punit l'achat d'actes sexuels d'une amende de 1.500 euros. A l'origine de cette proposition, fruit d'un travail transpartisan de plusieurs années, les députés Maud Olivier (PS), Catherine Coutelle (PS) et Guy Geoffroy (UMP) se disent confiants d'obtenir «une large majorité» lors du vote solennel, prévu le 4 décembre.

Les divisions risquent d'être plus visibles près de l'Assemblée où deux rassemblements sont prévus à la mi-journée : l'un contre la pénalisation du client à l'appel du Syndicat du travail sexuel (Strass), l'autre pour à l'appel d'associations féministes ou d'aide aux prostituées (comme le mouvement du Nid).

Un texte inspiré de l'exemple de la Suède

Le texte, qui n'interdit pas la prostitution, légale en France, propose aussi d'abroger le «délit de racolage passif», une demande des prostituées. Ceci en dépit des réserves du ministre de l'Intérieur Manuel Valls pour qui ce délit est un outil d'«aide à la connaissance des réseaux», via les garde à vue et les auditions. Il prévoit enfin des mesures d'accompagnement social pour celles qui veulent quitter la prostitution. Les étrangères (80 à 90% des prostituées selon l'Intérieur) engagées dans un «parcours de sorti»" pourront obtenir un titre de séjour de six mois, renouvelable. On estime à plus de 20.000 le nombre des prostituées en France. Elle viennent notamment d'Europe de l'Est (Bulgarie, Roumanie), d'Afrique (Nigeria, Cameroun), de Chine et d'Amérique du Sud. La grande majorité sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le vendredi 29 nov 2013 à 12:13

    Etrange comme le francais sont plus prompt à se mobiliser pour ce type de sujet (idem marriage gay) que sur la fiscalité ?!!!