Loi Renseignement : des hébergeurs web toujours «pas rassurés»

le
0
Loi Renseignement : des hébergeurs web toujours «pas rassurés»
Loi Renseignement : des hébergeurs web toujours «pas rassurés»

Le projet de loi controversé sur le renseignement continue d'inquiéter. Début avril, sept hébergeurs Internet avaient affirmé que le texte, examiné la semaine dernière à l'Assemblée nationale, les contraindrait à l'exil. A l'issue d'une réunion avec le gouvernement il y a une semaine, certains hébergeurs web disaient avoir obtenu des garanties sur la protection des données de leurs clients. A l'image d'OVH, leader européen, qui se félicitait d'«engagements concrets» du gouvernement.

Ce n'est pas le cas de Gandi, son principal challenger en France. «Nous avons été informés, mais nous n'avons pas été rassurés», explique Sophie Gironi, directrice de la communication de la société. A la différence d'OVH, dont le PDG Laurent Allard a choisi de ne s'exprimer que sur la partie relative à l'hébergement, Gandi rejette le texte dans son ensemble, notamment l'exclusion du juge judiciaire dans la mise en oeuvre d'une surveillance.

«Ça fait quinze ans que nous nous bougeons pour préserver les droits sur Internet. La surveillance de masse est quelque chose qu'on rejette de toutes les façons, même si on comprend bien la nécessité de lutter contre le terrorisme», poursuit Sophie Gironi. «Bernard Cazeneuve est clairement sincère dans sa recherche de lutte contre le terrorisme. Mais une loi ne se vote pas pour le gouvernement en place, d'autres vont lui succéder.»

Doutes sur la nature des données

Pendant la rencontre avec les hébergeurs, le ministre de l'Intérieur aurait précisé le cadre dans lequel serait mise en place une surveillance : sur une période de quatre mois renouvelables et sur un périmètre strictement visé par l'autorisation du Premier ministre. «Il nous a dit qu'il n'était pas question d'installer un dispositif chez nous à l'année et d'extraire des données pour une durée illimitée», rapporte Sophie Gironi. C'est ce que suggère la loi, en des termes assez flous néanmoins.

La loi ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant